AccueilÉDITO

Le body positivism s’attaque aux hanches et célèbre les hip dips sur Instagram

Publié le

par Mélissa Perraudeau

Sur Instagram, le mouvement body positivism prend de l’ampleur et aide les femmes à s’accepter et à s’aimer comme elles sont. Depuis quelques semaines, il s’attache tout particulièrement à normaliser les "hip dips", c’est-à-dire les creux des hanches.

Le thigh gap (l’obsession de l’écart entre les cuisses) et, plus récemment, le ribcage bragging (le fait de montrer ses côtes saillantes) sont autant d’injonctions à la beauté stéréotypée, au corps maigre et lisse que les médias et les réseaux sociaux aident à répandre. Ils sont cependant également la meilleure façon de contrer ces images dangereuses, entre autres grâce au mouvement du body positivism qui milite pour l’acceptation de tous les corps.

Sur les réseaux, et particulièrement Instagram, des femmes construisent de nouvelles représentations des corps féminins, tels qu’ils sont dans leur diversité. Elles montrent leur cellulite, leurs bourrelets, leurs boutons ou encore leurs poils, tout en dénonçant les effets que certaines poses peuvent avoir. C’est autant d’identifications possibles permettant à chacune de se retrouver, et de bien comprendre que son corps est normal et beau.

"Une insécurité énorme pour des tonnes de femmes"

Depuis quelques semaines, le body positivism sur Instagram s’intéresse aux hanches, et plus particulièrement aux "hip dips" ("creux de hanches"). Ces creux se retrouvent chez beaucoup de femmes, en fonction de la forme de leur pelvis, faisant penser aux courbures d’un violon. Sur le site, on trouve des mentions décomplexantes autour des hip dips dès 2015, mais ce n’est qu’il y a quelques semaines que le mouvement a vraiment décollé.

Une blogueuse fitness galloise, Carys Gray, aurait joué un rôle déterminant dans cette célébration. Pour le Huffington Post britannique, c’est elle qui lui a vraiment donné une impulsion fin avril, en racontant à ses 240 000 abonnés comment elle s’était rendu compte que ce creux était un gros complexe pour beaucoup de femmes.

HOLD UP let's talk about hip dips for a minute As you can see from this picture and many of my other pictures I have preeeeeetty large 'hip dips'.. This is where my leg/hip area comes in just before my quad starts.. I thought these lil dips were unique to me until I read the gorgeous @sjamesfit this morning all about how they're actually a huge insecurity to loads of women!! I then went on to google hip dips and read all about how they're seen as a bad thing for women and some people even go as far as to have fat injected into them to smooth them out WELL I sure as hell wasn't about to add another thing onto my insecurity list If anyone else has these cute ass hip dips then you should rock them.. For 20 years I've picked at areas of my body I hate but not once did I pick up on these! A few years ago I would have read that article and suddenly felt insecure and wanted to change them. Now I don't give a poo what other people think looks good on women or not. I think they're cool. And yes growing my quads 17483 times bigger has probably made the hip dips even more prominent but quads are cool too. Conclusion: I'm cool. You're cool. Everyone's cool. Bye. Don't forget to watch my latest YouTube video where I unbox my supplement delivery from @womensbest LINK IN MY BIO #fitness #fit #health #healthy #gym #workout #Abs #glutes #fitfam #girlswholift #cardio #fitspo #instafit #gains #girlgains #muscle #strength #motivation #muslce #booty #leanin15 #gymshark #gymsharkwomen #womensbest

Une publication partagée par Carys Gray || Cardiff, UK (@busybee.carys) le

Traduction : "[…] Je croyais que ces petits creux n’étaient que chez moi jusqu’à ce que je lise… qu’ils représentent en fait une insécurité énorme pour des tonnes de femmes ! Je suis ensuite allée googler hip dips, et j’ai lu qu’ils étaient vus comme une mauvaise chose pour les femmes et que certaines personnes vont jusqu’à se faire injecter de la graisse pour les combler. Bon, c’est pas la peine d’imaginer ajouter autre chose à ma liste d’insécurités. […]"

Son post a immédiatement parlé à sa communauté, récoltant plus de 18 000 likes. De nombreux commentaires font état, à la fois, d’un complexe répandu et d’une volonté de le dépasser. Le HuffPost a repris les observations d’une psychologue clinicienne faites sur le sujet en 2013. Elle expliquait que les adolescentes "passaient d’une partie du corps à une autre partie du corps", d’un complexe à un autre, et avait constaté que de nombreuses jeunes femmes faisaient leur possible pour faire disparaître leurs creux, à coups d'"exercices et de régimes" :

"Ce hip dips peut être une partie naturelle de l’anatomie d’une jeune femme ou l’effet d’une tenue qu’elles portent. Néanmoins, beaucoup n’en veulent pas et réfléchissent aux façons de s’en débarrasser."

"Les hip dips sont normaux, naturels et magnifiques"

Pour Denise Hatton, la directrice générale de l’association caritative YMCA England & Wales, qui a lancé une campagne promouvant la confiance en soi et la diversité des corps, "70 % des femmes adultes ont ressenti une pression de la télévision et des magazines pour avoir ce corps idéalisé, et l’attention récente portée aux hip dips est un autre exemple de ce corps à la mode, potentiellement dangereux pour la santé sur le long terme". Elle ne voit pourtant pas "pourquoi cela devient une telle obsession, alors que les hip dips sont normaux, naturels et magnifiques". Des propos que des centaines d’instagrameuses répètent : le #hipdips apparaît dans plus de 1 700 photos de hanches, accompagnées de messages 100 % empowerment. Si on en croit les utilisatrices, le message passe très bien, et les hip dips se voient de plus en plus acceptés et appréciés.

LET'S TALK HIP DIPS For those of you that don't know, hip dips, or violin hips, are a particular shape of your hips where they go in at the sides and then out again, and no matter what you do you just can't get that hourglass smooth shape. I've spent my whole life hating my hip dips and doing everything to hide them, from Spanx, to baggy clothes, to losing lots of weight! No matter what I do they are still visible, like in this picture! What I have found so encouraging is that through instagram I've seen so many other women like me who've struggled with it! I've always thought it was because I was overweight it's just that my fat sits on my hips to make a muffin top, but it's actually genetic, my bones just jut in at my hips. I've finally come to realise that THIS IS TOTALLY NORMAL! I am never going to have a perfect hourglass figure AND THAT IS OKAY! All I can do is work with what I've been blessed with and love every part of myself. And... what triggered this little speech is that I've seen that my insta pic has been used in a Facebook article on loving your hipdips! I'm number 6 if you wanna take a peak! http://www.self.com/story/hip-dips So yeah - hip dips are totally normal, stretch marks are totally normal, small boobs, big boobs, big bum, flat bum, sloping shoulders, big feet, birthmarks, saggy skin... you get the picture.... TOTALLY NORMAL! Just embrace it #hipdips #embracethehipdips #youarebeautiful #fitspo #fitfam #fitness #fitnessjourney #weightloss #weightloss2017 #weightlossjourney #selflove #bodyconfidence #curvyfit #curvygirl #curvywomen

Une publication partagée par Ellie Thompson (@el_gets_fit) le

Traduction : "J’ai passé toute ma vie à détester mes hip dips et à tout faire pour les cacher, des gaines, aux vêtements amples, jusqu’à perdre beaucoup de poids ! […] Ce que j’ai trouvé très encourageant, c’est qu’à travers Instagram, j’ai vu tellement d’autres femmes comme moi qui les ont combattus ! […] J’ai enfin compris que c’était complètement normal ! Je n’aurai jamais une silhouette en sablier parfaite, et c’est très bien ! Tout ce que je peux faire, c’est travailler avec ce que j’ai eu la chance de recevoir et aimer chaque partie de moi."

À voir aussi sur konbini :