Blitter : le nouveau réseau social dédié à la communauté noire

Un développeur a imaginé un réseau social où le racisme, le sexisme et toute autre forme d’intolérance seraient définitivement bannis.

Dear White People. (© Lionsgate)

On le sait, les réseaux sociaux sont mauvais pour la santé. Malgré tout, ils offrent la possibilité à chacun·e de s’emparer d’un débat, de lancer des mouvements internationaux, voire des révolutions.

Publicité

Certains activistes et communautés qui étaient ignorées par les grands médias auparavant ont désormais une plateforme sur laquelle ils peuvent faire circuler leurs idées (qu’elles soient bonnes ou mauvaises, malheureusement).

Pour la communauté afro-américaine et la diaspora d’afro-descendants du monde entier, Twitter s’est avéré être un outil efficace. Rassemblés autour de ce que l’on définit aujourd’hui comme le "Black Twitter", des milliers d’individus ont participé à diffuser des messages engagés grâce à des hashtags comme #OscarsSoWhite qui dénonçait l’absence d’acteurs noirs nommés aux Oscars, #BringBackOurGirls pour les lycéennes kidnappées au Nigeria, le très célèbre #BlackLiveMatters et bien d’autres.

Ensemble, ils dénoncent le racisme quotidien, les injustices sociales, se soutiennent mutuellement en cas d’attaques et partagent des mèmes hilarants pour ne pas perdre le moral.

Publicité

Cette communauté a désormais son propre réseau social, baptisé "Blitter", contraction de "Black" et de "Twitter".

Disponible sur iTunes, l’application est présentée ainsi :

Publicité

"Blitter est un réseau social fondé sur l’amour, la passion et l’empathie. Blitter ne tolère pas le racisme, le sexisme, le harcèlement, les bots et les discours haineux d’aucune sorte. Nous sommes indépendants à 100 % de tout investisseur, et nous n’avons pas de publicité."

La description explique également que les utilisateurs qui tiendront des propos haineux verront immédiatement leur compte désactivé.

Créée de A à Z par Patrick Francis, un développeur afro-américain, cette application fait beaucoup parler d’elle. Depuis son lancement le 6 octobre 2017, elle n’a cessé d’attirer de nouveaux membres, dont certains ont décidé de renoncer à Twitter pour s’y consacrer pleinement.

Publicité

Traduction : "Moi faisant mes bagages pour emménager sur Blitter."

Blitter réunit des fonctionnalités de Twitter, Instagram et Vine puisqu’elle permet de poster des statuts de 120 caractères, de prendre des photos et de publier des vidéos de 15 secondes maximum qui peuvent se redémarrer automatiquement.

Évidemment, les utilisateurs peuvent aimer des publications, laisser des commentaires, utiliser des hashtags, et communiquer en privé ou par messages groupés. De nouvelles amitiés seraient d’ores et déjà nées grâce à la plateforme.

Traduction : "Les gars, les membres de mon groupe de conversation Blitter se sont rencontrés."

Pour le moment, l’application n’est disponible que sur iOS, où les commentaires élogieux sont nombreux, mais ce n’est probablement qu’une question de temps avant qu’elle ne débarque sur Android et Google Play.

Véritable havre de paix pour toutes les utilisatrices et tous les utilisateurs réguliers de Twitter qui sont régulièrement victimes de commentaires racistes, voire de harcèlement, Blitter séduit beaucoup de membres de Black Twitter, et ils le font savoir.

Traduction : "Oh mon Dieu, j’avais oublié à quoi Twitter ressemblait. J’étais sur Blitter toute la journée… Bon ben, à toute ! Je retourne sur Blitter."

Traduction : "Quand je me connecte sur Twitter et que je constate que tout le monde est parti sur Blitter."

Traduction : "Quand je suis toujours sur Twitter alors que tous mes amis sont sur Blitter."

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Kimberly B. Johnson, publié le 15/12/2017

Copié

Pour vous :