AccueilÉDITO

"Bien joué !" : à Bruxelles, Donald Trump félicite Emmanuel Macron

Publié le

par Virginie Cresci

Les deux chefs d’État ont partagé un bref déjeuner à Bruxelles pour leur toute première rencontre.

Pour leur tout premier tête à tête, le président américain et son homologue français se sont réunis autour d’un déjeuner à l’ambassade des États-Unis à Bruxelles, en marge du sommet de l’Otan. Si Emmanuel Macron a parlé anglais, il avait tout de même un interprète à ses côtés. Donald Trump a commencé par féliciter le nouveau président français : "C’est un grand honneur pour moi d’être avec le nouveau président de la France, qui a mené une campagne incroyable et a remporté une formidable victoire," lui a-t-il dit, avant de lui lancer : "Tout le monde en parle à travers le monde. Bravo. Bien joué !" 

Une heure et quart pour refaire le monde

Le menu était lourd : défense, commerce, sommet de l’Otan, G7 qui s’ouvre ce jeudi en Italie, crises syrienne, ukrainienne et coréenne, et surtout, le respect jusqu’à présent incertain, de l’accord de Paris sur le climat par la nouvelle administration américaine. Mais le déjeuner ayant été plutôt rapide (une heure et quart d’après l’AFP), les deux présidents ont surtout survolé ces sujets de fond. Avant d’aller manger, Emmanuel Macron a dit qu’il était "très heureux aussi d’être avec le président Trump, […] très heureux de pouvoir, ensemble, changer beaucoup de choses", évoquant "la lutte contre le terrorisme, l’économie et les sujets climatiques et énergétiques".

Autour de la table, côté français, se trouvaient aussi Sylvie Goulard, la ministre des Armées, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major particulier du président, et Philippe Étienne, son conseiller diplomatique. Cette rencontre a surtout été très formelle, le président américain étant avant tout venu à Bruxelles pour inaugurer le nouveau QG de l’Otan. On espère que le prochain déjeuner comprendra une entrée et un dessert, afin que les questions de fond puissent être abordées plus en profondeur.

À voir aussi sur konbini :