AccueilÉDITO

Beaumont-sur-Oise : une contre-autopsie d'Adama Traoré va être effectuée

Publié le

par Théo Chapuis

En tête du cortège de la marche blanche qui s’est tenue vendredi 22 juillet pour Adama Traoré et contre les violences policières (Capture d’écran France Télévision)

Une contre-autopsie sera menée pour déterminer la cause de la mort d'Adama Traoré, décédé entre les mains de la gendarmerie mardi 20 juillet dans des circonstances encore non élucidées.

Tête du cortège de la marche blanche qui s'est tenue vendredi 22 juillet pour Adama Traoré et contre les violences policières. (© Capture d'écran <a href="http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/beaumont-sur-oise-marche-blanche-en-hommage-a-adama-traore_1558967.html" target="_blank">France Télévisions</a>)

Le doute reste entier. Survenu mardi 19 juillet lors d'une interpellation de la gendarmerie, le décès d'Adama Traoré n'a pas fini de livrer ses secrets. Alors que ses proches ont accusé les forces de l'ordre de violences policières, un premier rapport effectué au surlendemain du décès du Val-d'Oisien de 24 ans n’avait pas permis de relever de "traces de violence significatives", seulement quelques "égratignures".

Si les légistes de l’institut médico-légal de Garches (Hauts-de-Seine) ont mis au jour une "infection très grave, touchant plusieurs organes", cette dernière ne semble pas avoir provoqué la mort du jeune homme. "L’expert relève l’absence de cause immédiate du décès", indique au Parisien lundi 25 juillet l’avocat de la famille Traoré, Me Frédéric Zajac.

"Dans les prochains jours"

Il ajoute avoir obtenu du juge d’instruction en charge du dossier qu'une contre-autopsie soit pratiquée. "Cette contre-expertise, qui sera menée par un collège d’experts, devrait avoir lieu dans les tout prochains jours", déclare le magistrat au quotidien.

À lire, notre reportage –> Colère, tristesse et stupeur à Beaumont-sur-Oise après le décès d’Adama Traoré

Le décès d'Adama Traoré a d'abord imputé aux "suites d'un malaise cardiaque" par le procureur de Pontoise, Yves Jannier, le 20 juillet. Vendredi 22 juillet, une marche blanche a rassemblé entre 1 500 (selon la police) et 5 000 personnes (selon les organisateurs). Un mot d'ordre : "Justice pour Adama."

Les circonstances troubles de la mort de ce jeune homme connu de tous au quartier de Boyenval comme à Beaumont-sur-Oise ont conduit à des violences nocturnes qui se sont poursuivies dans la nuit de samedi à dimanche. "Tant que les responsables de sa mort ne seront pas poursuivis, les jeunes ne vont pas se calmer”, nous a averti Youssouf, frère d’Adama Traoré, jeudi 21 juillet.

À voir aussi sur konbini :