AccueilÉDITO

Obama accorde la libération de la lanceuse d'alerte Chelsea Manning

Publié le

par Cyrielle Bedu

À quelques jours de la fin de son mandat, Barack Obama a commué la peine de la jeune femme.

(© Matthew Lippincott/Flickr)

Le 20 janvier prochain, Barack Obama quittera officiellement la Maison-Blanche pour laisser place à Donald Trump. Mais avant cela, il a toujours le pouvoir et compte bien s'en servir jusqu'au bout. Et une des dernières mesures que le président américain a prise est la libération de la lanceuse d'alerte Chelsea Manning. Ce mardi 17 janvier, il a commué sa peine de prison, lui permettant d'être libérée en mai prochain.

Femme transgenre de 29 ans, Chelsea Manning (anciennement Bradley Manning) purgeait une peine de 35 ans de prison. Son délit : avoir communiqué des câbles diplomatiques et des rapports confidentiels du gouvernement américain au site WikiLeaks, alors qu'elle était analyste du renseignement pour l'armée américaine en Irak.

Alors que Chelsea Manning passe actuellement sa sixième année en prison dans le complexe militaire de Fort Leavenworth, au Kansas, la jeune femme supporte de moins en moins son incarcération, comme le prouvent ses deux tentatives de suicide manquées.

Des soutiens déterminés

© Stephen Melkisethian/Flickr.

C'était sans compter sur l'aide d'activistes du monde entier, d'ONG et de son avocat, Chase Strangio. En novembre, ce dernier a écrit une lettre au président des États-Unis, demandant la libération de la détenue. Dans celle-ci, il écrit : "Chelsea Manning est mon amie et un héros et j'ai peur qu'elle ne survive plus longtemps." Le lanceur d'alerte Edward Snowden a également appelé, depuis la Russie où il est exilé, à une grâce de Chelsea Manning :

"Monsieur le président, si vous n'accordez qu'un seul acte de clémence à votre sortie de la Maison-Blanche, je vous en prie, libérez Chelsea Manning. Vous seul pouvez lui sauver la vie."

Julian Assange a également déclaré être prêt à être extradé vers les États-Unis en cas de libération de Chelsea Manning.

Il y a quelques jours, la chaîne NBC News rapportait qu'une source du ministère de la justice affirmait que Barack Obama avait placé le nom de Chelsea Manning en haut d'une liste de personnes qu'il pourrait gracier avant son départ de la Maison-Blanche.

Cette grâce de Chelsea Manning est probablement le dernier geste fort de Barack Obama, durant ses derniers jours de présidence.

À voir aussi sur konbini :