AccueilÉDITO

Drogues, prison, justice : quand Obama interviewe le créateur de The Wire

Publié le

par Rachid Majdoub

Le président des États-Unis s'est entretenu avec David Simon, journaliste et créateur de la cultissime série The Wire. L'occasion de parler de la politique intérieure du pays à travers sa réforme de la justice, entre système carcéral, réinsertion, trafic de drogues ou politique répressive. Un joli coup de com' pour Obama. 

Préparez-vous à voir la meilleure interview de l'histoire du journalisme. Celle de Barack Obama. Sauf que cette fois-ci, les rôles sont inversés. Le président des États-Unis n'endosse pas le costume de l'interviewé, mais celui du mec qui pose les questions.

En face de lui, une autre gueule, et pas des moindres : celle de David Simon, journaliste et créateur de The Wire, cultissime série d'HBO qui dépeint le milieu du trafic de drogues dans les rues de Baltimore, entre dealers, flics, corruption des élites et communautés. Il se retrouve donc assis face à Obama – fan de longue date de la série – et sa curiosité pour un entretien d'une douzaine de minutes dans un salon de la Maison Blanche. Classe.

Voici l'interview, qui a été diffusée ce jeudi 26 mars sur le compte Twitter de la White House.

Drogue, prison, justice : l'intervieweur interviewé

Même Obama le sait : The Wire est l'une des meilleures séries si ce n'est la meilleure (beaucoup le diront) qui soit. Et au-delà de fasciner le président des États-Unis par son travail sur les cinq saisons de la série (producteur exécutif et scénariste principal), David Simon suscite son admiration grâce à son travail de journaliste respecté et à plusieurs années d'enquête sur le milieu de la drogue, du crime et les forces de l'ordre dans l'État du Maryland et sa ville Baltimore, l'une des communes au taux de criminalité le plus élevé du pays, là où se déroule The Wire.

Un parallèle entre dealers qu'il a présenté sous un autre visage que celui de criminels, et ambition de la police de cet État du Nord-Est des États-Unis, entre autres basée sur une politique du chiffre. Le travail d'investigation de David Simon a d'ailleurs donné lieu à de nombreux articles et livres, comme Baltimore, une année dans les rues meurtrières, considéré comme l'un des plus grands documents sur le crime américain jamais écrit. Un livre qui a ensuite donné naissance à la série The Wire.

De quoi attirer l'attention de Barack Obama, qui en a profité pour aborder la délicate réforme de la justice pénale américaine, à travers plusieurs sujets. Surpopulation carcérale, réinsertion, arrestations hâtives et abusives des trafiquants de drogues, politique répressive de lutte contre les dealers et surtout discriminante envers la communauté noire, les conséquences subies par la population face au trafic, tout y passe.

Et David Simon n'a pas mâché ses mots :

Ce que les drogues ne détruisent pas , la guerre menée contre elles le déchire.

En résulte plus qu'une interview unilatérale : une discussion, pendant laquelle Barack Obama s'exprime tout autant voire davantage que son convive. Une manière de se donner du temps de parole pour s'expliquer davantage et prolonger sa campagne auprès des médias comme il l'a récemment fait avec Vice, BuzzFeed ou Jimmy Fallon ? Un joli coup de communication au taux de probabilité extrêmement élevé.

Mais au-delà de cet aspect, on a quand même le créateur de The Wire qui se fait interviewer par Barack Obama, à la Maison-Blanche. Ça, c'est fort.

Omar, by the way, is my favorite character.

Et Obama qui encense Omar Little (Michael K. Williams), personnage incontournable de la série et gangster de Baltimore qui n'impliquait dans ses délits que les dealers et les criminels tout en protégeant femmes et enfants, ça c'est cool. 

À voir aussi sur konbini :