AccueilÉDITO

Bad buzz à TPMP : Cyril Hanouna éternue et Twitter se mouche

Publié le

par Astrid Van Laer

Dans une séquence diffusée le 29 mars dans l'émission Touche pas à mon poste sur C8, l'équipe de Cyril Hanouna s'est moquée d'un jeune homme au parcours admirable, ce qui lui a valu de nombreuses réactions négatives. 

En 2016, le lycée Sainte-Marie-Bastide de Bordeaux a obtenu un taux de réussite au baccalauréat de 98%. Lors d'un reportage tourné par la chaîne régionale du Sud-Ouest TV7, Quentin, élève de terminale dans cet établissement bordelais, était invité à s'exprimer et à parler de son expérience. On peut alors entendre le jeune garçon louer sans nuance le système pédagogique mis en place à Sainte-Marie-Bastide :

"Ce lycée est extraordinaire. Je suis arrivé en 3e dans ce lycée. Je ne m'attendais absolument pas à ce que j'allais voir : la pédagogie, l'enseignement, j'arrive vraiment à comprendre. Les profs se mettent à notre place, ils se mettent à notre portée. Et ça c'est vraiment bien."

Attention, c'est là que se produit le drame. Lors d'une séquence dans TPMP, l'émission de C8 dont le principe est basé sur le détournement d'images, un chroniqueur a accolé à cette séquence un extrait de l'émission Motus dans laquelle une candidate épèle le mot "lèche-cul".

Le collaborateur de Cyril Hanouna présente également Quentin comme "le plus gros fayot de l'histoire de l'Éducation nationale". De nombreux internautes se sont alors indignés :

Bon, alors déjà, qualifier les gens de FDP, c'est-à-dire de fils de pute, c'est pas super pour donner son avis sur le niveau d'instruction de quelqu'un. Quentin Faugeras est un élève brillant, comme le montre cet article de Sud-Ouest publié plus haut. Le jeune homme, adopté en 1999 après avoir été abandonné à Ouagadougou à l'âge de deux mois, est passionné d'histoire préhistorique. Il a fait du combat contre le racisme et la discrimination sa motivation et sa source d'inspiration. Son parcours force l'admiration, il n'est pas question de revenir là-dessus. Bon. Et alors ?

S'il y a mille raisons de s'indigner du spectacle qu'offre TPMP, l'équipe ne peut porter sur ses épaules toute la responsabilité d'une culture qui se délite

Il semblerait tout de même qu'il s'agisse ici de la démonstration d'une fascination pour Cyril Hanouna et son émission qui dépasse l'entendement. Le principe de la séquence est essentiellement le détournement d'images. Pourquoi ne pourrait-on pas se moquer (un autre débat pourrait être celui de savoir si c'est drôle, mais ce serait nécessairement une perte de temps, quelle qu'en soit l'issue) de quelqu'un parce qu'il a réussi et qu'il est un exemple à suivre ? Il serait donc intouchable ?

Il fait bon de taper sur Cyril Hanouna. On peut considérer que l'émission est inintéressante, débilisante, grossière, qu'elle tire son public vers le bas, que l'homme à sa tête est vulgaire, inculte, beauf, parfois gênant. Que cette séquence est déplacée, pas drôle, dérangeante éventuellement, que son équipe oscille entre démagogie et abjection, mais il faut peut-être arrêter de les accuser de tous les maux et de réagir dès qu'Hanouna respire. S'il y a mille raisons de s'indigner du spectacle qu'offre cette émission, parce que c'en est un, l'équipe ne peut porter sur ses petites épaules toute la responsabilité d'une culture qui se délite, d'une société qui périclite.

Il n'en reste pas moins que c'est de la faute de l'animateur qui a fait des réseaux sociaux le socle de la fanatisation qu'occasionne régulièrement son émission. Sommant ses téléspectateurs de réagir toutes les cinq secondes, à se faire juges de nouvelles séquences, du travail des uns et des autres, Hanouna fait croire au téléspectateur qu'il est roi, mais peine à accepter que le peuple souverain n'apprécie pas toujours ses faux pas. Le serpent se mord la queue et les médias adorent ça.

Ce non-évènement nous permet donc de parler d'une prouesse incroyable effectuée par l'animateur : Cyril Hanouna éternue et Twitter tombe malade. Même Michel Drucker et ses cinquante ans de carrière n'ont pas autant de pouvoir.