Bientôt un bac "filière numérique" ?

Un rapport du Conseil national du numérique publié vendredi 3 octobre propose la création d'une nouvelle série du bac général : "humanités numériques". Les élèves de cette filière seraient initiés, entre autres, aux métiers de l'informatique et à la création numérique. Le bac de la génération Z ?

Les lycéens du film d'animation Summer Wars devant leurs ordis.

Les lycéens du film d'animation Summer Wars devant leurs ordis.

Publicité

Ces bonnes vieilles séries S, ES et L pourraient bientôt être rejointes par de nouvelles initiales : HN, pour "humanités numériques". C'est ce que révèle France Info en exclusivité, vendredi 3 octobre, après la publication par le Conseil national du numérique d'un rapport sur l'éducation.

Le rapport du CNN, qui a pour ambition "d'inventer l'école du XXIème siècle", suggère donc entre autres propositions la création d'une nouvelle filière du bac général "qui reflète l'aventure de la jeunesse", comprendre : la génération née avec un smartphone et une tablette dans les mains. Seraient enseignés la création numérique, la découverte des métiers informatiques ou encore les big data, ces masses de données ultra-volumineuses glanées sur le Web qui font le bonheur des infographistes. La filière HN, souligne le rapport cité par France Info, s'appuierait également sur les initiatives des élèves et profs.

"Le plus général des bacs généraux"

Alors que la réforme des rythmes scolaires a jusque-là monopolisé l'attention, le rapport CNN (qui propose aussi la mise en place d'enseignement informatique dès la troisième) met en lumière l'importance croissante de l'enseignement du numérique au collège et au lycée. Joint par France Info, Ludovic Blécher, du CNN, résume l'ambition de la filière HN, si celle-ci venait à être créée :

Publicité

L'idée, c'est de s'ancrer comme le bac de l'individu créatif de la civilisation numérique. C'est par essence le plus général des bacs généraux, c'est pour ça qu'on l'a appelé "humanités numériques" [...] Il se trouve au croisement des sciences, des lettres et des sciences sociales. Il décloisonne finalement tous les champs du savoir.

La France très en retard sur le numérique

Si la filière "humanités numériques" n'est pour l'instant que pure fiction, il s'agirait d'une belle avancée en la matière pour le système éducatif français. Un article du site My TF1, s'appuyant notamment  sur un rapport de 2010, faisait état l'an dernier du retard de la France sur ses voisins européens en matière de numérique. Le Royaume-Uni par exemple investit depuis 1997 – aux balbutiements de l'Internet grand public – dans le numérique à l'école et comptait, en 2008, 450 000 tableaux numériques contre... 27 000 chez nous.

Mais c'est l'Europe du Nord qui se place à la pointe du numérique :

Publicité

L'usage du numérique est obligatoire [au Danemark] dans toutes les matières en tant que support et sujet d'études. Son utilisation est même évaluée aux examens et Internet est autorisé au baccalauréat dans de nombreuses épreuves. On compte un ordinateur pour quatre élèves dans le primaire, contre un pour 10 en France.

En Norvège,les ordinateurs sont utilisés de manière quotidienne, dans le primaire et le secondaire, et particulièrement en cours de langue (norvégien et anglais). En Finlande,le gouvernement n'a mené aucune politique particulière sur le numérique à l'école. Néanmoins, 90% des enseignants déclarent utiliser les outils numériques en classe.

Hors Europe, indique My TF1, la Corée du Sud comptait 1 ordinateur pour 10 élèves en 2001 (alors qu'il fallait attendre 2012 pour la France...), et mène activement une politique numérique avec pour but, à terme, de supprimer le papier à l'école. On en est encore loin dans l'Hexagone. La création d'un "bac numérique" contribuerait, sinon à rattraper nos voisins, à adapter l'éducation à la génération Z.

A lire également -> La génération Z passée aux rayons X

Publicité

Par François Oulac, publié le 03/10/2014

Copié

Pour vous :