(source : boomsupersonic.com)

featuredImage

"Boom" : l'avion supersonique pour grand public arrive

L'entreprise américaine Boom relance le rêve des vols supersoniques ouverts au public, même si le projet n'en est qu'à ses débuts.

Paris/New York en trois heures et demie (soit à peu près le temps qu'il faut pour faire Paris/Bordeaux en train), c'est l'objectif un peu fou de la société américaine Boom. Ce nouveau constructeur aéronautique tape très fort en décidant de relancer l'accès à l'avion supersonique pour les compagnies commerciales. Le prototype actuellement en cours de finition, appelé "Baby Boom" est trois fois plus petit que la version finale et ne devrait effectuer les premiers tests de vol que fin 2017. Le plus gros, dont le nom officiel n'a pas encore été défini, devrait être commercialisé à partir de 2020. Il pourra alors emmener environ 45 personnes voler à une vitesse de 2 700 kilomètres/heure, soit près de 2,5 fois la vitesse des avions de ligne volant aujourd'hui.

(source : boomsupersonic.com)

Quand l'intérieur d'un avion est plus cool que ton appart... (© boomsupersonic.com)

C'est donc le rêve de n'importe quel globe-trotter qui est en train de se mettre en place. Petit problème : le prix des billets. Pour monter à bord du Boom, il faudra compter minimum 5 000 dollars (4 700 euros), pas à la portée de tout le monde donc... Blake Scholl, le fondateur et directeur de Boom, se justifie de ce prix en comparant avec les tarifs de la première classe aujourd'hui, relativement similaires : "Pour le même prix, vous pourrez voyager deux fois plus vite." L'entreprise a déjà trouvé un acheteur pour les dix premiers modèles produits, chacun valant environ 200 millions de dollars.

Forcément, en tant que Français, on ne peut s'empêcher de penser au Concorde quand on voit ce nouveau projet. Le Boom serait légèrement plus rapide que lui (2 700 kilomètres/heure au lieu de 2 450 pour le Concorde) et consommerait surtout beaucoup moins, le Concorde étant une véritable éponge à carburant. Il faut dire que les technologies actuelles sont loin d'être celles dont disposaient les ingénieurs travaillant sur le projet Concorde dans les années 1960, c'est pourquoi le Boom atteindrait des performances de vitesse similaires tout en consommant beaucoup moins. L'objectif de Blake Scholl est de réduire le prix du billet autant que possible, pour arriver à 100 dollars le voyage. On attend de voir.

Par Théo Mercadier, publié le 21/11/2016

Copié