L'autotest, ou l'éthylotest de cannabis en vente libre

Si l'éthylotest existe, pourquoi pas le cannabino-test ? Cette semaine, 3.000 bureaux de tabac commercialiseront quelques 100.000 autotests, soit des tests de dépistage du cannabis à effectuer soi-même. Ils sont principalement destinés aux consommateurs désireux de prendre le volant. L'entreprise montpelliéraine Elicole commercialise ces nouveaux produits, vendus 3,5 euros pièce.

Mais il ne s'agit pas de souffler dans le ballon comme lors d'un éthylotest : l'autotest fonctionne à l'urine. Rapide, le résultat s'obtient dans les cinq minutes. Deux fonctions à cet outil : se tester avant de prendre le volant, mais aussi faire de la prévention chez les adolescents. Selon le patron d'Elicole, Marc Elie, les parents pourront, par exemple, proposer à leurs enfants de s'autotester de temps en temps afin de "maintenir un contrat de confiance".

Un tabou en voie de disparition ?

Parallèlement, dans le domaine médical, la France a connu fin 2013 l'apparition de la vente du Sativex, un médicament à base d'extraits de cannabis. Le tabou autour de la plante gonflée au tétrahydrocannabinol (THC) semble disparaître peu à peu en France. Aussi, des petits outils similaires d'auto-prévention verront-ils le jour pour d'autres drogues ?

Par Théo Chapuis, publié le 05/02/2014

Copié

Pour vous :