Au Royaume-Uni, une pétition circule pour donner une seconde chance à Charles Bronson

Après une énième demande de transfert vers une prison ouverte, et non un quartier de haute sécurité.

Tom Hardy joue Charles Bronson dans le biopic de 2008. (© Aramid Entertainment via Sky)

Le prisonnier britannique Charles Bronson, de la vie duquel le film Bronson s’est inspiré, s’est vu une nouvelle fois refuser une demande de transfert dans une prison ouverte. Le prochain renouvellement de la demande ne pourra avoir lieu que dans deux ans.

Publicité

Dans un communiqué, le comité des libérations conditionnelles a jugé que ce cas relevait désormais des compétences du Ministère de la défense.

Selon l’actrice Paula Williamson, une trentenaire, qui a récemment épousé le braqueur derrière les barreaux, on ne lui a laissé aucune chance de montrer qu’il n’était plus "le prisonnier le plus dangereux du Royaume-Uni".

Tom Hardy joue Charles Bronson dans le biopic de 2008. (© Aramid Entertainment via Sky)

Publicité

Selon Paula Williamson, interviewée par Talk Radio, le détenu de 64 ans s’est assagi. Lui si connu pour sa violence.

"Charlie a reconnu ses méfaits et il a purgé chacune des peines dont il a été condamné, et même bien plus. Il est temps pour lui d’aller de l’avant. C’est un prisonnier retraité", avance-t-elle.

"Je ne me fais pas d’illusions, il ne va pas sortir de sitôt. Je le sais et lui aussi, mais comme tous les autres prisonniers, il a le droit de s’améliorer."

L’actrice a lancé une pétition pour appeler le gouvernement à laisser une chance à Bronson de montrer qu’il n’était plus un danger pour la société.

Publicité

"Laissez-le montrer qu’il n’est plus le prisonnier le plus dangereux de Grande-Bretagne, mais juste un homme qui veut aider les autres à sortir de la criminalité."

Bronson, qui s’appelle dorénavant Charles Salvador, après avoir changé son nom pour rendre hommage à Salvador Dali, est emprisonné à vie à la prison de Wakefield pour ses braquages et ses prises d’otages.

Publicité

Il s’occupe en écrivant des lettres à des âmes égarées. Il écrit également de la poésie, des méthodes de muscu et il monte des évènements caritatifs. Au fil des années, il aurait permis de recueillir plus de 280 000 euros pour des bonnes œuvres.

Depuis qu’elle a été lancée, la pétition sur Change.org a réuni plus de 20 000 signatures. Ainsi, certains citoyens britanniques pensent qu’il mérite une seconde chance.

À lire -> Dix artistes s’emparent des murs d’une ancienne prison de Nantes

Par Matthew Kirby, publié le 23/11/2017

Pour vous :