featuredImage

Au Maroc, un compte Facebook dénonce "le vice et la débauche" des femmes en maillot de bain

Au Maroc, un compte Facebook dénonce les femmes en maillot de bain sur les plages, prétendument au nom de l'islam. Abject.

De jeunes marocaines vêtues d'un maillot de bain, exposées sur le compte Facebook "Aicha Amal"(Capture d'écran du compte "Aicha Amal" © Le Site Info)

De jeunes Marocaines vêtues d'un maillot de bain, dénoncées par le compte Facebook "Aicha Amal" comme représentantes du "vice" et de la "débauche". (Capture d'écran du compte "Aicha Amal" © Le Site Info)

Un cas d'école de slut shaming. Au Maroc, un groupe d'individus cachés derrière le compte Facebook "Aicha Amal" s'en prend aux jeunes femmes en bikini sur la plage, comme l'explique Madame Figaro, qui reprend une info du magazine marocain Le Site Info. Le principe : arpenter les plages avec son smartphone, photographier à leur insu les baigneuses et les afficher sur Facebook. Pourquoi ? Pour dénoncer "le vice et la débauche des femmes marocaines", d'après le site local.

Supprimé depuis, ce compte aurait été administré par 120 individus s'autoproclamant "gardiens de la morale et justiciers des plages". D'après ses "courageux" auteurs, ils seraient 79 personnes à n'avoir rien d'autre à faire de leurs journées que de passer les plages au peigne fin pour capturer des images de jeunes femmes dont le "crime" est d'oser porter un maillot de bain. Bikini comme maillot une pièce, ça n'a pas d'importance pour eux. Bigre.

D'après Le Site Info, le compte aurait, peu avant sa suppression, publié le message suivant :

"Notre slogan est : 'Non au vice dans un pays islamiste marocain. [sic]' Nous remercions tous les frères et sœurs qui nous ont rejoints afin de distribuer des smartphones et de prendre en photo les Marocaines en bikini sur toutes les plages marocaines."

"Malades mentaux, obsédés sexuels !"

Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, les auteurs de cette croisade contre le corps féminin affirment "être en possession de 10 millions d’autres photos [qu'ils n'hésiteront] pas à mettre en ligne sur un site créé à cet effet" (ce dont on peut légitimement douter). Leur initiative a vite été remarquée par son sexisme et sa violence, conduisant à la suspension du compte Aicha Amal par le réseau de Mark Zuckerberg.

Comme ci-dessus, certaines images sont à coup sûr des fausses, piochées sur le web et non pas prises sur les plages marocaines (Capture d'écran du compte "Aicha Amal" © Le Site Info)

Comme ci-dessus, certaines images sont à coup sûr des fausses, piochées sur le Web et non pas prises sur les plages marocaines. (Capture d'écran du compte "Aicha Amal" © Le Site Info)

De nombreux internautes marocains n'ont pas hésité à dire tout le mal qu'ils pensaient de la page Aicha Amal, comme le relève Le Site Info, qui publie quelques morceaux choisis :

"Solidarité avec les femmes marocaines à qui une minorité veut imposer sa façon de penser."

"Tu es en train de prendre en photo les femmes et de les publier et tu dis que tu le fais pour notre religion ? Qu’est-ce que tu es en train de faire ? C’est ça l’islam pour toi ? […] Malades mentaux, obsédés sexuels !"

"Tu n’as pas le droit de prendre ces femmes en photo, elles sont libres de faire ce qu’elles veulent. Tu es qui pour prendre ces décisions ? Même dans les années 1980-90 les femmes portaient des maillots."

Par Théo Chapuis, publié le 27/07/2016

Copié