featuredImage

La greffe de jouets, un bon moyen pour sensibiliser le Japon au don d'organes

Au Japon, pour sensibiliser au don d'organes, sujet encore tabou dans l'archipel, une agence de pub a décidé de faire raccommoder des peluches venues du monde entier.

organ-transplant-toys-13

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

Chaque année au Japon, seuls 2 % des personnes en attente de greffe reçoivent l’organe dont ils ont besoin pour vivre. Le nombre d’opérations effectuées chaque année dans l’archipel se situe autour de 300. À titre de comparaison, aux États-Unis, ce sont en moyenne 68 opérations de greffes d'organes qui ont lieu chaque jour, le chiffre annuel s’élevant à 25 000.

Pays extrêmement développé et très avancé sur le plan médical, le Japon reconnaît avoir un souci avec le don et la greffe d’organes. Le problème vient en partie de croyances religieuses qui affirment que  "tromper la mort par le biais de transplantations et de dons d’organes est contre nature". Mais la situation découle également de lois restrictives et absurdes.

Jusqu’à récemment, la loi japonaise sur la greffe d’organes n’autorisait le don qu’en cas de mort cérébrale du patient. Au préalable, celui-ci et sa famille devaient avoir signé une autorisation écrite. Les enfants de moins de 15 ans n’étaient pas autorisés à être des donneurs, ce qui rendait la greffe d’organes presque impossible chez les enfants.

L’année dernière, la loi a été modifiée et l’autorisation écrite et les restrictions d’âge ont été abandonnées. Mais cela n’empêche pas la marque d’infamie apposée sur cette opération de perdurer, et le Japon est confronté à une pénurie gravissime de donneurs d’organes.

Pour changer la donne, et faire prendre conscience du problème du don d’organes destinés aux enfants, l’agence de pub Dentsu a lancé un projet appelé "Second Life Toys".

Comme son nom l’indique, cette campagne donne une nouvelle vie à des animaux en peluche en les rafistolant et en remplaçant les parties manquantes avec des pièces provenant d’autres peluches. En somme des greffes d’organes pour peluche.

Le projet s’inscrit dans une campagne de sensibilisation destinée à faciliter le don et la greffe d’organes au Japon. Todo Kida et Akiza Suzuki, ses créateurs, racontent s’être inspirés de ce qui est arrivé dans la famille de l’un d’eux. Todo Kida nous a expliqué :

"Il faut comprendre que lorsqu’une tragédie se produit, il est très difficile de se décider sur le moment à donner les organes d’un membre de sa famille. C’est en pensant à cela qu’on s’est dit qu’il fallait donner la possibilité aux gens d’y réfléchir avant de se trouver dans ce genre de situation."

Le duo s’est vite rendu compte que le don d’organes est un sujet sérieux que la plupart des gens se refusent à aborder. Ils ont donc cherché une manière de rendre ce thème plus léger. Ils ont choisi les peluches en se souvenant de comment leurs parents mettaient des pièces sur les peluches estropiées.

Les peluches photographiées ont été récoltées dans le monde entier et relookées par un artisan local. D’après Todo Kida et Akira Suzuki, la réaction des enfants était incomparable. Le plus gratifiant cependant était de les voir écrire des lettres aux donneurs des jouets. Si vous souhaitez participer à cette campagne, n’hésitez pas à visiter le site de Second Life Toys.

organ-transplant-toys-6

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-2

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-10

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

elephant

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-7

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-1

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-11

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-5

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

organ-transplant-toys-12

(© Todo Kida & Akira Suzuki / Second Life Toys)

Traduit de l'anglais par Dario

À lire -> Vidéo : atteinte d’autisme, elle interviewe Channing Tatum et le résultat est génial

Par Justina Bakutyte, publié le 10/05/2016