AccueilÉDITO

Les consignes du gouvernement pour réagir en cas d'attentat

Publié le

par Juliette Geenens

Trois semaines après la tragédie, le gouvernement lance une campagne qui vise à sensibiliser la population en cas d'attentat terroriste. Elle sera diffusée à partir de vendredi.

Après les attaques terroristes du vendredi 13 novembre, Matignon a mis en place une affiche pédagogique qui prodigue trois conseils majeurs à suivre en situation d'attaque terroriste : s'échapper, se cacher, alerter. Cette campagne de sensibilisation vise à "mieux préparer et protéger les citoyens face à la menace terroriste" et devra être affichée dans les lieux publics (mairies, préfectures, grands magasins, stades, musées...).

Avec cette campagne, l'entourage du Premier Ministre Manuel Valls a déclaré à l'AFP qu'il souhaitait "développer une culture des gestes qui sauvent et de solidarité." La diffusion de ces consignes de sécurité ancre définitivement la France dans un contexte de menace terroriste permanente.

Ces images ressemblent aux consignes de sécurité fournies dans les avions : s'éloigner du danger, se cacher dans un lieu sûr, avant de communiquer l'alerte aux autorités sont les points essentiels.

Mettre son téléphone sur silencieux, un geste important

Mais d'autres conseils paraissent moins évidents : mettre son téléphone sur silencieux, ne pas courir vers les secours et les forces de l'ordre (au contraire montrer et lever ses mains), ne diffuser aucune information sur l'intervention des forces de l'ordre et, a fortiori, ne pas faire circuler de rumeurs.

Ces dernières recommandations concernent directement certains médias d'information en continue vivement critiqués lors des attentats à Charlie Hebdo, le 7 janvier dernier, et dans une moindre mesure pendant la couverture des attentats du 13 novembre.

Peu avant la publication de ces instructions, Alexis, le dessinateur de la chaîne Youtube Actu Animé, avait provoqué le malaise avec son court d'animation "Comment réagir après les attentats", dans laquelle il condamnait, entre autres, les réactions des journalistes et des politiques. 

À voir aussi sur konbini :