Attentats : le dessin de Plantu détourné pour dénoncer l'indifférence de l'Occident

Un dessin de Plantu montre la France et la Belgique enlacées après les attentats de Bruxelles. "Mais où est la Turquie ?", s'interrogent des internautes.

Pays de la bande dessinée oblige, lorsque les attentats ont frappé Bruxelles mardi 22 mars, nombre de dessins d'internautes ont envahi la Toile comme autant de manifestations de solidarité. Avant midi, Plantu partageait sa contribution sur son Twitter : un câlin entre les représentations allégoriques de la France et de la Belgique. Retweeté plus de 13 000 fois, il a été visionné par de nombreux internautes en ce jour tragique.

Publicité

Mais l'image du dessinateur du Monde n'est pas du goût de tous. Très vite, elle devient même le symbole de l'indifférence de l'Occident pour les attentats ciblant d'autres pays que les leurs. Des Turcs reprochent aux Français et aux Belges de n'éprouver de la compassion que lorsque des bombes explosent à Paris ou Bruxelles – et pas à Ankara ou Istanbul.

Certains l'ont même manifesté en détournant le dessin de Plantu pour ajouter la Turquie aux côtés de la France et de la Belgique, pleurant ses victimes lors des attentats meurtriers des 10 octobre 2015 (102 morts), 17 février 2016 (38 morts), 13 mars 2016 (37 morts) et 19 mars 2016 (4 morts).

Publicité

"Où était notre cartoon ?"

Dans The Independent, l'éditorialiste Yasmin Ahmed écrivait dès le 22 mars son "malaise" face aux nombreux partages du dessin de Plantu, y compris hors des frontières du Web francophone :

"Où était notre cartoon pour ceux qui sont morts en Turquie des mains des terroristes ? Pourquoi Downing Street n'a pas brandi le drapeau turc après les atrocités à Ankara ?"

Sous l'occurrence "PrayForTurkey", de nombreux tweets reprochent à l'Occident sa compassion à géométrie variable, qu'il s'agisse d'abonnés au réseau turcs, mais aussi français ou belges. Des illustrations et montages photos accusent également ce "deux poids deux mesures" en images.

Publicité

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 24/03/2016

Pour vous :