(©shinobu sugiyama/Flickr)

On en est là : le réchauffement climatique de la Terre est devenu irréversible

Avec une concentration de CO2 de 400 parties par million, la toxicité de notre atmosphère aurait atteint un seuil de non retour.  

(©shinobu sugiyama/Flickr)

Dans quelle mesure le réchauffement climatique est-il irréversible ? (© Shinobu Sugiyama/Flickr)

"Keep calm and breath"! Enfin pas trop non plus, à en croire une note publiée sur le site de l'institut d'océanographie américain Scripps. Son auteur, le professeur de géochimie Ralph Keeling, affirme que pour la première fois cette année, le taux de 400 parties par million (ppm) de CO2 dans l'atmosphère, habituellement le plus haut, devrait cette fois-ci être dépassé. Il devrait, selon les estimations du centre de recherche, atteindre un taux de 401 ppm en octobre, puis de 410 ppm en novembre, et ainsi de suite. Conclusion, un retour en arrière est "quasiment impossible", dixit l'article.

Publicité

Le seuil des 400 ppm comme un tournant

Publicité

En fait, la barrière symbolique du taux de 400 ppm de CO2 dans l'atmosphère, fixée par l’Observatoire de Mauna Loa à Hawaii, a été atteint en 2013, avec des pics en été et des baisses en septembre (ce qui n'est pas le cas cette année). À titre comparatif, la concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère avant la révolution industrielle (amorcée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle) avoisinait à 280 ppm. Une situation alarmante pour le site Motherboard, qui relaye l'information :

"Il y a quelques années, les scientifiques nous ont avertis que si la concentration de carbone dans l’atmosphère venait à dépasser les 400 ppm, cela marquerait un tournant dans l’histoire de notre climat puisque nous aurions atteint un seuil susceptible de nous faire entrer dans une période noire : le réchauffement climatique deviendrait totalement irréversible."

À part avoir un effet alarmiste, il est difficile d'évaluer les conséquences directes d'une telle information. Si ce n'est la poursuite des conséquences déjà observées du changement climatique : extinction des espèces, montée des océans, fonte des glaces... En plus de l'adoption urgente de l'Accord de Paris, les climatologues appellent à doubler voir à tripler les efforts pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Publicité

Par Jeanne Pouget, publié le 30/09/2016

Copié

Pour vous :