AccueilÉDITO

Les témoignages de victimes des pesticides rassemblés sur une carte de France

Publié le

par Jeanne Pouget

L’association de défense de l’environnement Générations futures a dressé une carte recensant les témoignages de près de 400 citoyens victimes des pesticides dans l’Hexagone.

Carte de France des victimes de pesticides (capture d'écran Générations futures)

-> Consultez la carte interactive des victimes de pesticides et leurs témoignages ici

Depuis 2008, l’association Générations futures a rassemblé jour après jour des centaines de témoignages de militants, de professionnels et de riverains à l’aide de questionnaires fastidieux et techniques sans cesse actualisés. Une manière de rassembler les victimes de pesticides et d'agir.

Les zones les plus touchées sont, sans surprise, les régions rurales de culture intensive (agricole, viticole et arboricole). Les personnes touchées sont à la fois les professionnels directement au contact des pesticides (agriculteur, professionnels de l’agroalimentaire travaillant sur les lieux de stockage des grains, dockers manipulant les conteneurs …) mais aussi les riverains exposés à un contact indirect avec les produits chimiques.

"Ma fille de 8 ans est victime de puberté précoce"

"De plus en plus de preuves s’accumulent, comme des symptômes d’asthme et d’allergies qui adviennent au moments des épandages de pesticides" explique Nadine Lauverjat, chargée de mission à Générations futures contactée par Konbini. Parmi les symptômes aigus récurrents, elle mentionne des problèmes de thyroïde, de puberté précoce, ainsi que quelques cas de cancers et de maladie de Parkinson.

Nadine Lauverjat reste cependant prudente : "Il s’agit d’hypothèses et pas de certitudes, on manipule ces données avec beaucoup de prudence." Elle explique ainsi que, même dans la catégorie des professionnels, les liens directs entre une maladie et l’exposition à un pesticide prend des années à établir.

On note néanmoins que plusieurs victimes de symptômes attribués à des pesticides ont vu leurs maux disparaître lors de déménagements hors des zones de culture intensive. Et inversement, des familles ayant déménagé dans des zones rurales agricoles ont constaté des troubles possiblement liés au contact avec des pesticides et dont elles ne souffraient pas auparavant.

Voici l’un des 400 témoignages anonymes listés sur la carte de Générations futures :

"La cour de récréation de l’école élémentaire jouxte des vergers qui sont régulièrement traités, l’école maternelle est à moins de 100 mètres de ces mêmes vergers, la crèche à 300 mètres (…) Ma fille de 8 ans est victime de puberté précoce. Ce n’est pas la seule dans l’école. Apparition de poils pubiens, bourgeons mammaires à l’âge de 6 ans et demi. (…) Réponse de la mairie : 'L’arboriculteur en question respecte la loi (…), nous avons de très bonnes relations avec lui, si vous ne vouliez pas être au contact des pesticides il ne fallait pas venir vivre dans cette commune car il s’agit d’une commune agricole.'"

Après avoir interpellé les ministères de la Santé et de l’Environnement et lancé une deuxième version du site à laquelle vont s’ajouter 200 témoignages supplémentaires, l’association Générations futures souhaite coordonner le problème au niveau européen.

À voir aussi sur konbini :