Vidéo : une asso publie un petit guide à l’intention des "volontouristes" en Afrique

Des étudiants norvégiens membres d’une association d’assistance internationale ont publié un petit guide et une courte vidéo à l’intention des "white saviors" : ces bénévoles blancs qui s’affichent sur les réseaux sociaux en mission humanitaire en Afrique.

Vous avez peut-être, dans vos réseaux sociaux, une connaissance, ou pire, un ami qui a un jour posté une photo de lui (ou d’elle) en mode selfie avec des enfants noirs en Afrique lors de sa mission humanitaire. Une attitude d’ego trip qui consiste à se valoriser sur Facebook ou Instagram en train d’œuvrer pour le bien de l’humanité, en particulier les pauvres petits enfants africains dans la misère.

Publicité

Une organisation norvégienne repérée par RFI Afrique a édité un petit guide assorti d’une vidéo à l’intention de ces "white saviors" (sauveurs blancs) pour leur permettre de garder leur dignité sur les réseaux sociaux. Et au passage, d’arrêter d’affecter celle des autres avec leurs selfies grotesques et malvenus.

#SaveTheWorld

Dans cette vidéo du Fonds d’assistance international des étudiants et chercheurs norvégiens (SAIH), on peut voir une jeune femme occidentale arriver en Afrique pour faire du volontariat. Elle dispense aux enfants d’une école un cours sur les bienfaits d’un régime faible en glucide, vêtue d’un minishort. Elle se prend aussi en photo en train d’offrir des crayons aux enfants, ou à l’hôpital… "La souffrance obtient plus de likes", commente la vidéo qui souhaite dénoncer ce "volontourisme" ou tourisme de la pauvreté motivé par une soif de "j’aime" et de reconnaissance personnelle. "Les stéréotypes affectent la dignité", conclut le dessin animé.

Le volontariat, une économie lucrative

Le guide rappelle l'importance de promouvoir la dignité plutôt que sa personne, et dispense quelques conseils (de bon sens, mais visiblement c’était nécessité). Par exemple, demander son consentement à quelqu’un·e avant de le ou la prendre en photo, connaître la personne un minimum avant d’en tirer vulgairement le portrait, éviter de photographier certains lieux comme les hôpitaux, ou encore de se faire passer pour le héros de la situation avec des hashtags inappropriés (#SaveLives #SaveTheWorld #FeedAfrica). Mais aussi questionner ses motivations à faire de l’humanitaire : par exotisme ou pour défendre certaines valeurs.

Publicité

Le SAIH rappelle qu’aujourd’hui, plus d’un million et demi de personnes font du volontariat chaque année pendant leurs vacances, et dépensent pour cela près de 1,7 milliard d’euros ! L’organisation explique vouloir lutter contre une vision naïve de cette aide humanitaire qui cache un véritable business, plus utile à l’ego des Occidentaux qu’aux "noirs dans la misère".

À lire -> Le compte Instagram Barbie Savior tourne en dérision le tourisme humanitaire

Par Jeanne Pouget, publié le 18/12/2017

Copié

Pour vous :