AccueilÉDITO

À l’Assemblée nationale, le mutisme des députés LREM énerve l’opposition

Publié le

par Cyrielle Bedu

Alors que la réforme par ordonnances du Code du travail est examinée depuis le 10 juillet à l’Assemblée nationale, nombreux sont les élus de l’opposition à se plaindre du silence observé par les députés de La République en marche lors des premiers débats.

Ce lundi 10 juillet, les échanges autour de la très controversée réforme du Code du travail ont (enfin) commencé. L’un des textes qui ont été examinés en première lecture est le projet de loi d’habilitation. Son rôle ? Donner l’autorisation au gouvernement de légiférer par ordonnances pour les trois volets de la réforme du Code du travail présentée par… le gouvernement. Vous suivez ? L’article 1er de ce projet de loi d’habilitation porte sur les accords de branche et d’entreprise et implique, selon ses détracteurs, une "inversion de la hiérarchie des normes" au détriment des salariés.

Cependant, une semaine avant son arrivée dans l’hémicycle, ce projet de loi avait été pré-examiné par une commission des affaires sociales de l’Assemblée. Cette commission avait adopté en très grande partie le contenu de ce texte, qui a donc été présenté quasiment dans sa version d’origine aux députés lundi 10 juillet. Un fait rare au palais Bourbon. Sur 232 amendements déposés en effet, seuls quatre ont été adoptés… La raison, selon Francetv info ? "Presque aucun député de La République en marche n’a pris la parole pendant le pré-examen du texte."

"L’ambiance était lunaire ! Cette majorité de La République en marche est une majorité silencieuse", a ainsi déclaré à France info le député de La France insoumise (LFI) Adrien Quatennens. Celui même qui avait fait remarquer en commission le faible nombre d’amendements adoptés par les députés de La République en marche (LREM)

Ainsi, rapporte Le Parisien :

"Pendant dix heures d’examen et durant le passage en revue de plus de 160 amendements au texte, les représentants de La République en marche ont affiché un silence quasi religieux. Et les ont presque tous refusés. À peine quatre amendements votés. Cela a énervé."

Toujours d’après Le Parisien, le député Les Républicains (LR) Guillaume Larrivé aurait par exemple déploré le "comportement de clone" des députés LREM, qui "marchent au pas".

Et lundi 10 juillet, alors que le projet de loi d’habilitation était officiellement examiné en première lecture, l’hémicycle de l’Assemblée nationale était à moitié vide…

À voir aussi sur konbini :