Retour sur l’histoire de Gianni Versace, l’homme qui égayait la mode, assassiné il y a 20 ans

Le 15 juillet 1997, Gianni Versace était brusquement assassiné dans la rue. Retour sur le travail de ce créateur phare des années 1980 et 1990, qui affolait les femmes.

Il y a vingt ans, à Miami, le couturier Gianni Versace était assassiné sur le pas de sa villa par Andrew Cunanan, un serial killer qui avait soif d’argent et de célébrité.

Publicité

Gianni Versace fonde sa marque au début des années 1980 à Milan et il fascine autant qu’il choque. Ses collections multicolores aux motifs très forts sont parfois jugées provocantes et exhibitionnistes, mais ses créations aux couleurs insolentes rivalisent avec celles des plus grands noms de l’époque tels que Dior, Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld. Il habille les plus belles femmes du monde et les plus grandes stars de la planète tels que Lady Di et Elton John. Alors que Kate Moss, Linda Evangelista, Cindy Crawford, Naomi Campbell ou encore Claudia Schiffer défilent pour lui, ses podiums - écuries du luxe - se transforment en réels spectacles.

Versace incarnait en lui-même une révolution de la mode, cette mode qu’il aimait tant agiter et qu’il égayait. Il avait le chic pour réveiller la silhouette d’une femme, et la rendait élégante et sexy à la fois. Les tenues Versace scintillaient de mille feux, il se servait d’épingles pour provoquer, les zips étaient ornés de diamants, les décolletés étaient vertigineux, et, au crépuscule, ses robes étaient comme des coups de soleil sur la peau tant elles collaient au corps.

Publicité

La mode insolente de Gianni Versace, encore au goût du jour

Gianni Versace a apporté les dorures, les paillettes et les strass à la mode, si emblématiques des années 1980. Pour Versace le too much n’existait pas, et les combinaisons de motifs florissaient au fil de ses collections. Il savait rendre sensuelle et désirable chaque matière qui lui glissait entre les mains. S’il aimait l’exubérance de la Renaissance italienne - caractéristique de sa marque - et les motifs léopards, il était l’un des premiers à savoir mélanger pop culture et luxe. Deux expressions antonymes à l’époque mais qui deviendront bientôt compatibles tant la frontière s’efface au fil des années. Sa folie était avant-gardiste et ses idées, du génie à l’état pur.

Ses pantalons aux motifs débordants qui défrayaient la chronique reviennent aujourd’hui plus tendance que jamais. En effet, si l’on observe les magasins de prêt-à-porter actuels, il est facile de remarquer tous ces nombreux jeans aux broderies florales qui ne sont pas sans rappeler la patte Versace, en plus sobre, évidemment.

En tout cas, si les fashionistas s’arrachent les jeans vintage Versace sur le site Etsy, c’est parce que ses créations affolaient peut-être la mode d’antan mais de nos jours, c’est l’excentricité qui la dicte. Des coupes simples mais dont les tissus sont ornés à outrance, tel est peut-être le secret de la réussite dans la fashion sphère. Du moins, c’est celui de Versace sans aucun doute tant ses créations n’ont pas pris une seule ride et ne cessent d’inspirer les podiums actuels.

Publicité

La reprise de la Maison par Donatella Versace

Aujourd’hui, c’est la sulfureuse Donatella Versace, sa sœur - et sa muse d’antan - qui aime beaucoup (trop) la chirurgie esthétique, qui a repris les rênes de la marque après avoir réussi à sortir son nez de cette poudre blanche addictive qui consolait sa perte. Celle-ci incarne le kitsch et le bling-bling et s’entoure des personnalités les plus influentes du show-business actuel. Lady Gaga, Jennifer Lopez, Gigi Hadid et le chanteur Zayn Malik, qui s’est récemment vu confier la direction artistique de Versus, le temps d’une collection, incarnent le nouveau Versace. On adhère ou pas mais en tout cas, la marque italienne cartonne malgré de nombreuses difficultés dans le passé. Comme en témoigne son dernier défilé, Donatella part à la conquête des millennials, tous ces digital natives, devenus le graal pour de nombreuses entreprises de luxe. On est loin des Lady Di et Elton John, c’est clair, mais bon, ainsi va la vie.

Avis à tous les nostalgiques, venez vous rappeler de Gianni sur ce compte Tumblr, ou celui-ci. RIP Gianni.

Publicité

Par Manon Baeza, publié le 04/08/2017

Pour vous :