AccueilÉDITO

En images : une tour de Babel moderne dans le désert iranien

Publié le

par Jeanne Pouget

À travers une installation composée de blocs en miroirs rotatifs, l’artiste iranienne Shirin Abedinirad et le designer italien Guglielmo Torelli proposent une version moderne de la tour de Babel.

Selon l’Ancien Testament, au temps où l’humanité n’était liée que par une seule langue, les hommes entreprirent de construire une tour dont le sommet atteindrait les cieux. Un projet trop ambitieux aux yeux de Dieu puisqu’il conférerait aux hommes trop de pouvoir et de liberté. Il stoppa donc net cette activité en multipliant les langues, affaiblissant ainsi la compréhension des hommes entre eux. Babel, (dont la signification est proche de "brouillés" en hébreu) est alors un échec, celui des hommes face à la toute-puissance de Dieu.

L’artiste iranienne Shirin Abedinirad et le designer italien Guglielmo Torelli ont eu l’idée de proposer une version moderne de la structure biblique en construisant une œuvre qu’ils ont installée en plein désert.

Par l’utilisation de miroirs, le duo a donc formé une pyramide dont chaque étage tourne individuellement. L’empilement est programmé pour tourner dans différents sens et selon plusieurs configurations. Par exemple, un étage peut tourner lentement sur lui-même tandis que le reste de la tour évolue dans le sens inverse, produisant ainsi un effet de torsion.

Dans des propos rapportés par le site d’architecture et de design Dezeen, Shirin interprète ainsi son œuvre :

"La vue du dessus de l’installation, en reflétant le ciel, est connectée à la terre, symbolisant le but qu’avait la tour de Babel d’atteindre le paradis […]. Cette installation interactive donne une image transformatrice du monde en le décomposant en plusieurs parties et en le recomposant dans une nouvelle union."

Il fallait y penser.

La tour de Babel interactive de Shirin Abedinirad et Guglielmo Torelli. (© dezeen_sq)

(© dezeen_sq)

(© dezeen_sq)

(© dezeen_sq)

À lire : Quand Nikon se fait berner par un photomontage... et le récompense.

À voir aussi sur konbini :