AccueilÉDITO

Un artiste chinois a récolté la pollution avec un aspirateur pour en faire une brique

Publié le

par Jeanne Pouget

PP.QQ.COM

En 2015, la pollution de l’air en Chine a atteint des sommets irrespirables. L’artiste Brother Nut s’est inspiré de cet "Airpocalypse" qu’il a transformé en une œuvre d’art engagée.

100 jours durant et à raison de quatre heures par jour, Wang Renzheng de son vrai nom, a ratissé les rues de Pékin muni d’un aspirateur industriel (et d’un masque à gaz). Une performance qui lui a permis de récolter suffisamment de microparticules de pollution pour en faire ... une brique!

Avec "Dust Project", Brother Nut illustre un fléau chinois de plus en plus incontrôlable. Cette année, dans le Nord-Est du pays, la densité de particules nocives a atteint des pics près de 50 fois supérieurs au plafond recommandé par l'OMS. Des particules invisibles transformées par l’artiste en une matière bien réelle : un condensé de pollution en brique.

Dans des propos rapportés par le New York Times, Brother Nut explique :

La pollution est le reflet des dommages collatéraux du développement de l’humanité […] À mon arrivée à Pékin j’ai porté un masque médical pendant plusieurs jours, puis j’ai arrêté. Avec un tel brouillard de pollution, il n’y a pas d’échappatoire.

Sous sa galerie photo en ligne, un internaute commente : "La plupart des habitants de Pékin portent une brique comme celle-là dans l’estomac, les plus vieux en portent peut-être 5".

Lorsqu’un autre ironise : "Si toute la pollution de Pékin était récoltée en briques, on pourrait construire la plus grande agence de protection de l’environnement du monde".

Une œuvre d’art qui tombe à pic pour le Sommet des nations Unies sur le climat à Paris. Ainsi, l’artiste-activiste espère frapper les esprits et mettre sur le devant de la scène le besoin urgent d’agir.

Selon les scientifiques, environ 4000 personnes meurent chaque jour en Chine de maladies du cœur ou des poumons directement liées à la pollution atmosphérique, principalement due à l’exploitation des centrales électriques de charbon.

La pollution en Chine filmée par The Guardian :

À voir aussi sur konbini :