The Take, l'appli qui permet de s'habiller comme au cinéma

Le placement de produit a-t-il franchi une nouvelle étape ? L'appli The Take vous permet d'identifier de nombreux achats dans les films au cinéma. 

the take

Sur la photo de gauche, The Take vous donne la marque de la veste de Leonardo DiCaprio dans Gatsby le Magnifique. Sur la photo de droite, les points bleus et jaunes montrent les produits que The Take a identifiés et qu'il vous permet d'acheter (Crédits image : Techcrunch)

Oui, Daniel Craig porte de manière ostentatoire une montre Omega dans Casino Royale. Oui, ce sont bien des "Mist Black" de Christian Dior que chausse Will Smith sur son nez dans Hancock. Et ouais, dans Matrix, en 1999, les hackers opéraient presque tous avec des Nokia 8110 que la firme finlandaise espérait bien vous faire convoiter.

Publicité

Avec le temps, le placement produit est devenu une ficelle si épaisse que certains films ressemblent à de gigantesques publicités. Tyler Cooper s'en est bien rendu compte. Afin de se servir de ces plateformes promotionnelles qui avancent masquées, sa société The Take a développé une application du même nom qui permet d'identifier les produits présents dans le film que vous regardez et vous suggérer une liste d'achat – avec hyperlien direct vers une plateforme de vente.

Selon l'aveu de son propre géniteur, The Take est donc une sorte de Shazam et de Pinterest du cinéma. Première étape, il identifie le film devant lequel vous vous trouvez grâce à une reconnaissance audio. Ensuite, pendant des scènes-clé, The Take marque d'une cible les produits référencés. Petite finesse : il vous indiquera "résultat exact" s'il s'agit de l'objet précis qui se trouve dans la scène, ou bien "résultat proche" si l'appli peut vous dénicher un produit similaire à, par exemple, cette paire de jeans que porte Scarlett Johansson dans Lucy – et qui fera parfaitement illusion auprès de votre entourage, wesh.

Merci Kanye

Pourtant l'idée ne vient pas du cinéma. Tyler Cooper, le patron de The Take, la doit en fait à... Kanye West. L'entrepreneur raconte à Internation Business Times :

Publicité

J'étais en train de regarder sa performance aux VMAs à la télé quelques années plus tôt et il jouait "Runaway". Je voulais connaître la marque de la boîte à rythmes et d'où provenait son costume, mais il n'y avait aucun moyen de l'identifier. Nous étions probablement cinq millions devant cette performance et personne n'était en mesure d'identifier ces deux produits.

Au-delà du côté shopping, l'identification de ces produits à travers les films de cette année construit une base de données massive de classification. Amateurs de cinéma d'auteur ou étranger, passez votre chemin : The Take ne semble pas vous être adressé. Tyler Cooper ne s'intéresse qu'aux grands succès populaires : "90% des hits au box-office cette année reviennent à une somme de 90 à 140 films, en gros. C'est un marché très identifiable". À son lancement, il y a peu, The Take ne proposait qu'une liste d'une centaine de films.

Cette application veut s'emparer de l'achat depuis les smartphones, apparemment en nette hausse. Une étude prétend que 70% des consommateurs américains ont effectué un achat depuis leur téléphone portable dans les six derniers mois. Ils étaient 59% en 2013.

Publicité

Chez nous, les chiffres sont encore moins impressionnants, mais la tendance est la même. Selon une étude de la Mobile Marketing Association France (MMAF), sur 30 millions d'utilisateurs de smartphones en France, près de 3 millions d'entre eux ont réalisé au moins un achat avec leur mobile au cours du dernier mois. Parmi eux, environ 1,3 million font leur shopping en ligne au moins une fois par semaine. Mieux encore : les habillements et accessoires sont les premiers types de produits achetés, par 3,7% des utilisateurs de smartphones.

Publicité : une mise en abîme

Pour l'instant, The Take ne s'intéresse qu'aux blockbusters, en gros. Mais Cooper, en bon entrepreneur, ne veut se fermer aucune porte : "Nous voulons être cet outil technologique au don d'ubiquité qui laisserait le choix aux gens de faire leur shopping dans n'importe quelle vidéo".

Sa société voudrait bientôt pouvoir vous laisser "flasher" n'importe quel produit, dans n'importe quel contenu vidéo. Télévision, contenus multimédias professionnels, clips vidéo, et même, pourquoi pas, soyons fous, publicités.

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 09/12/2014

Copié

Pour vous :