AccueilÉDITO

Apple veut créer des émojis pour représenter les personnes handicapées

Publié le

par Pierre Schneidermann

Treize émojis proposés et cinq abandonnés.

Ce qu’il y a de beau avec les émojis, c’est que n’importe qui peut en soumettre au grand et éternel Consortium Unicode. Tous les dossiers sont scrupuleusement analysés, que vous soyez nobody ou tout-puissant. Dans l’affaire qui nous préoccupe aujourd’hui, c’est un acteur de la seconde catégorie qui a retenu notre attention : Apple vient de soumettre neuf émojis (13 en prenant en compte les genres, 45 avec les couleurs de peau) reflétant la diversité, comme nous l’apprend Emojipedia, la Bible des émojis.

(© Apple/agencement Emojipedia)

Envoyer des jolis dessins au Consortium Unicode ne suffit pas. Toute proposition émojistique doit absolument être argumentée. Dans son dossier de candidature, Apple rappelle, en exergue, qu’une personne sur sept souffre de handicap dans le monde et fournit ensuite des chiffres plus étoffés pour les deux premières catégories : 285 millions de personnes sont touchées par la cécité ou ont une vue défaillante, et 360 millions sont sourdes ou ont de gros problèmes d’audition.

Pas de chiffres pour les deux catégories restantes, plutôt difficiles à évaluer : les troubles psychomoteurs et les troubles "cachés", qui concernent par exemple les personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme ou souffrant de stress post-traumatique.

Le but étant, évidemment, d’assurer toujours plus de diversité dans les émojis, tendance de fond démarrée depuis plusieurs années déjà.

Plusieurs émojis ont été envisagés, mais n’ont pas été retenus dans le dossier de candidature : le système PECS pour les enfants autistes (trop difficile à représenter), une canne pour aider à marcher (pas assez "instinctif" à la compréhension), des rubans de couleur (qui pourraient être assimilés à des logos de marque), le braille (qui relève, pour le coup, du vrai challenge technique !) et un œil avec une loupe (puisqu'il est possible de conjuguer les deux avec des émojis distincts).

Si ces émojis sont acceptés, ils pourraient débarquer en 2019, avant de conquérir, par capillarité, les autres plateformes et constructeurs (Android, Twitter, Facebook, etc.).

À voir aussi sur konbini :