AccueilÉDITO

Avant Merkel, ces rares femmes élues "personnalité de l'année" par Time Magazine

Publié le

par Ariane Nicolas

In this image provided by Time Magazine, Wednesday, Dec. 9, 2015, German Chancellor Angela Merkel is featured as Time’s Person… Lire la suite

La chancelière allemande a été distinguée par le prestigieux hebdomadaire. Avant Angela Merkel, très peu de femmes l'ont été.

Une coupe au bol blond foncé, un regard impassible, les lèvres dessinant un sourire confiant. La chancelière allemande Angela Merkel a été élue "Personnalité de l'année" ("Person of the year") par le magazine américain Time, mercredi 9 décembre. Cette distinction récompense notamment son action dans le dossier des migrants, l'Allemagne ayant (temporairement) ouvert grand ses frontières pour accueillir des centaines de milliers de réfugiés, cet été.

Angela Merkel, par ailleurs deuxième personne la plus puissante au monde selon Forbes, succède aux "Ebola fighters" ("combattants d'Ebola") de 2014. Décerné depuis 1927, le titre de "Personnalité de l'année" cible des chefs d'Etat, des patrons, des scientifiques ou des groupes influents. Et donc, plus ou moins incidemment, des hommes.

Une reine, une présidente et quelques militantes

En près d'un siècle, seules quelques femmes ont été nommées "Person of the year". Avant Angela Merkel, il faut remonter à 1986 pour voir une femme seule bénéficier de la même distinction. Pourquoi avoir autant attendu ? Time s'en explique dans cet article :

Le choix de Time reflète la façon dont l'actualité et nos vies ont été affectées par cette personne, en bien ou en mal. Depuis 1986, quatre présidents américains ont été élus, et trois d'entre eux ont effectué deux mandats – tous des hommes. Il y a aussi eu les leaders de l'URSS (et de la Russie), et le Pape, tous des hommes également (...).

Il ne fait aucun doute que Merkel fait son travail, un travail très influent. Et il semble que, plus les femmes accèdent à des fonctions de pouvoir à travers le monde, de Christine Lagarde à Janet Yellen en passant par Jeryl Sandberg et Aung San Suu Kyi, et plus nous aurons de femmes candidates au titre de "Personnalité de l'année".

On peut douter qu'une femme devienne Pape dans un futur proche, ou prenne la place de Poutine. Cela dit, il ne faudra certainement pas attendre 30 ans pour avoir de nouveau une femme désignée par Time. Il n'est pas impossible que ce soit le cas dès l'an prochain.

Voici, selon le classement Wikipedia, toutes les couvertures de Time qui ont été consacrées aux "Personnalités de l'année" catégorie deuxième sexe. Nous n'avons pas retenu celles mettant en avant des "femmes de" (Tchang Kaï-chek et sa femme Song Meiling en 1937, ainsi que Bono, Bill Gates et Melinda Gates en 2005).

Angela Merkel, 2015

Pour Time, Angela Merkel est "la chancelière du monde libre", une femme "leader de tout un continent". C'est toute sa trajectoire politique, des jeunesses communistes de la RDA à la tête de facto de l'Union européenne, qui est saluée par le magazine.

Les lanceurs d'alerte, 2002

Dix ans avant Edward Snowden, les lanceurs d'alerte avaient déjà fait parler d'eux. Trois femmes sont mises à l'honneur par Time en 2002 : Cynthia Cooper (Worldcom), Sherron Watkins (Enron) et Coleen Rowley (FBI).

Corazon C. Aquino, 1986

Cette femme politique (morte en 2009) est la première présidente des Philippines, élue après vingt ans de présidence martiale de Ferdinand Marcos.

Les femmes américaines, 1975

En plein essor du féminisme, tir groupé de Time pour célébrer différentes figures féminines issues de mondes très divers (politique, sport, médias, armée, militantisme...).

Elizabeth II, 1952

La reine d'Angleterre est la deuxième femme à faire la couverture de Time comme "Person of the year", l'année de son accession au trône.

Wallis Simpson, 1936

Cette Américaine à la réputation sulfureuse, devenue la maîtresse du roi d'Angleterre Edouard VII dans les années 1930, est la première "Woman of the year" de l'histoire du magazine. Edouard VII abdiquera avant son couronnement, en 1936, pour pouvoir l'épouser.

À voir aussi sur konbini :