@

La marque American Apparel va (très bientôt) revenir sur le Web

La marque américaine, rachetée par Gildan Activewear, va bientôt relancer son commerce sur le Web.

Après avoir racheté en février dernier la marque American Apparel pour 88 millions de dollars (74 millions d’euros), l’entreprise canadienne de T-shirts Gildan Activewear avait annoncé ne vouloir reprendre ni les magasins ni l’e-shop. L’entreprise, fondée à Los Angeles en 1989, croulait sous une dette cumulée de 177 millions de dollars (150 millions d’euros) et avait vu ses 227 magasins présents à travers le monde fermer un à un, tandis qu’il était devenu impossible de commander sur le site Internet.

Publicité

Mais ce n’est pas fini pour la marque de basiques, puisque Glenn Chamandy, le PDG de Gildan Activewear, a visiblement changé d’avis. Un retour imminent de l’e-shop a été communiqué lors d’une conférence de presse tenue le 3 août dernier. Le PDG a de grandes attentes au vu des 600 millions de dollars (509 millions d’euros) de vente atteints dans le passé par l’entreprise. Comme le relate le magazine Business Of Fashion, Glenn Chamandy a déclaré : "Cela va, je l’espère, être l’une des meilleures acquisitions que la compagnie ait jamais faite, en matière de retour sur investissement. On est donc très impatients de voir le résultat."

Fini le "made in USA"

Dans les deux prochaines semaines, le site, pour l’instant en construction, sera donc de nouveau accessible. En revanche, fini les vêtements exclusivement fabriqués à Los Angeles : Gildan Activewear fabriquera la majeure partie de ses vêtements à l’étranger. S’ils seront par conséquent moins cher, ils mettent à mal le slogan "Made in USA", marque de fabrique d’American Apparel. Comme l’expliquait Reuters le 10 janvier dernier, environ 90 % des 42 000 employés de la firme canadienne sont en effet localisés dans "des pays low cost de l’Amérique centrale et des Caraïbes, et les seuls vêtements conçus par l’entreprise sur le sol américain sont des chaussettes".

American Apparel continuera de fabriquer une partie de ses articles aux États-Unis, mais ceux-là se vendront à un prix bien plus élevé. Quant à la nouvelle entreprise du créateur d’American Apparel, Los Angeles Apparel, elle ne fait pas peur à Glenn Chamandy qui lui souhaite "bonne chance".

Publicité

Par Chayma Mehenna, publié le 07/08/2017

Pour vous :