AccueilÉDITO

Les locataires condamnés pour possession ou trafic de drogue seront expulsables

Publié le

par Théo Mercadier

Source : Flickr / N.ico

Un amendement adopté à l'Assemblée nationale permet aux propriétaires de logement d'expulser quiconque est condamné pour possession ou trafic de drogue. Avec sa famille. 

© Flickr/N.ico.

C'est une de ces news qui nous font nous demander si la gauche est vraiment de gauche... Un nouvel amendement adopté par l'Assemblée et proposé par la députée (PS... ) du Nord, Audrey Linkenheld, rend possible l'expulsion de toute personne locataire qui serait condamnée pour des cas de vente, d'achat ou de consommation de stupéfiants. Le but serait d'éviter que ces personnes ne puissent dégrader les conditions de vie de leurs voisins, en organisant des deals en bas de chez eux par exemple. Les zones de deal sont généralement des endroits où la sécurité laisse à désirer, et il peut apparaître comme légitime de vouloir améliorer la situation.

Le problème, c'est que l'amendement concerne non seulement la personne condamnée, mais aussi toutes les personnes habitant le logement et n'ayant rien à voir avec l'histoire : famille, parents, enfants... Tout le monde dehors ! L'association Droit au logement (Dal) s'alarme de la situation, qui vise aussi "les parents et les enfants qui n’ont pas été condamnés et n’ont donc pas à voir avec le trafic ou la consommation, mais qui subiront de plein fouet la sanction de l’expulsion"

Ce qui est inquiétant également, c'est l'étendue du champ d'application du texte. Car si les dealers seront concernés, l'amendement pourrait aussi prendre en compte "la détention" ou "l'emploi illicite de stupéfiants". On rappelle qu'environ 1,4 million de Français sont des consommateurs réguliers de cannabis. Ajoutez à ce nombre tous les gens qui habitent avec eux : ça risque de faire un sacré paquet de monde dehors. 

Le pire, c'est que cette mesure vise complètement à côté de la plaque : les têtes de réseaux et les grossistes ont des revenus conséquents qui leur permettent d'être propriétaires de leur logement, ils ne sont donc pas visés par cette loi qui cible exclusivement les personnes locataires, à revenus modestes. Puisqu'on vous dit que la gauche est de gauche...

À voir aussi sur konbini :