AccueilÉDITO

En Allemagne, la croissance boostée par l'accueil des réfugiés

Publié le

par Théo Mercadier

(Source : Wikipedia commons / ©Alexander.kurz)

La politique d'ouverture d'Angela Merkel a eu de nombreuses conséquences positives pour l'économie allemande, bénéfices qui devraient se confirmer dans les années qui viennent.

(© Wikipedia Commons/Alexander Kurz)

Voilà un sujet pour lequel nos politiques ne semblent pas, pour une fois, vouloir prendre en compte le sempiternel "exemple allemand". L'accueil d'1,1 million de réfugiés en 2015 et 2016, qui avait à l'époque impressionné le monde entier, a eu des effets positifs en dehors du simple champ diplomatique : la croissance économique du pays a été dopée, pour atteindre 1,7 % en 2016. Le journal Le Monde va même jusqu'à parler d'effets similaires à ceux d'un plan de relance massif, ce que confirme les résultats publiés par l'institut fédéral de statistiques Destatis (l'équivalent allemand de l'INSEE).

Il faut dire que la vague d'immigration record connue par l'Allemagne a déclenché de nombreux mécanismes bénéfiques pour l'économie du pays. Pour accueillir les réfugiés, les pouvoirs publics ont dû procéder aux dépenses les plus importantes réalisées "depuis 1992, juste après la réunification du pays", explique Dieter Sarreither, président de Destatis. En tout, ce sont près de 20 milliards d'euros qui ont été consacrés en 2016 à l'accueil et aux soins des réfugiés. Une manne financière colossale (hausse de 4,2 % des dépenses fédérales) qui s'est par exemple rapidement ressentie sur le marché immobilier en boostant la construction de logements neufs. Les dépenses ont été en grande partie remboursées grâce à l'excédent budgétaire record affiché par l'économie allemande pour l'année 2016 : 19,2 milliards d'euros.

Ces 1,1 million de personnes représentent autant de consommateurs supplémentaires. Résultat : la consommation des ménages a augmenté de 2 %, ce qui constitue le principal moteur de la croissance allemande cette année, comme l'explique Le Monde. Si tous les réfugiés n'ont pas encore trouvé d'emploi, ils sont nombreux à avoir répondu aux offres des entreprises locales, fortement demandeuses de main-d'œuvre disponible et flexible. L'Allemagne est en pleine transition démographique et il devenait urgent pour le pays de se doter d'une population active dynamique. C'est d'ailleurs l'une des raisons (quelque peu cynique) qui avait poussé Angela Merkel à ouvrir les portes du pays, au-delà des considérations humanitaires.

"Une chance pour demain"

La tendance positive insufflée par l'accueil des réfugiés devrait par ailleurs se confirmer dans les années qui viennent, à mesure qu'ils sont intégrés en profondeur à l'économie allemande. "L’effet positif des demandeurs d’asile sur les performances économiques du pays va se renforcer dans les prochaines années", explique au Monde Marcel Fratzscher, président de l’Institut économique de Berlin. Ils devraient même créer 500 000 emplois dans les domaines de l'éducation, de la santé, du commerce ou de la gastronomie. Marcel Fratzscher estime que les gains pour la croissance allemande, qui s'élèvent selon lui à environ 0,3 % aujourd'hui, pourraient à long terme atteindre les 0,7 %.

Les chiffres positifs de Destatis ne pouvaient tomber mieux pour Angela Merkel, très critiquée par les mouvements populistes anti-réfugiés, qui trouvent un écho renforcé par l'attentat commis sur un marché de Noël de Berlin, au mois de décembre. Lors de ses vœux diffusés à la télévision le soir du Nouvel An, la chancelière a affiché sa volonté de maintenir le cap de sa politique d'accueil : "J'en suis convaincue : si elle est correctement appréhendée, la grande tâche actuelle qui consiste à accueillir et à intégrer tant de gens est une chance pour demain."

À lire -> Pourquoi la croissance économique suédoise a connu un bond inattendu

À voir aussi sur konbini :