Les Guignols, Nulle Part Ailleurs, Groland... Alain de Greef était l'esprit Canal

Alain de Greef, ancien directeur emblématique des programmes de Canal + et créateur des Guignols ou encore de Nulle Part Ailleurs, vient de s'éteindre. Il symbolisait à lui seul une forme d'irrévérence passée de la chaîne.

1280x720-RHX

Les Guignols de l'info, sans doute la créature la plus marquante signée Alain de Greef

Après avoir été le directeur emblématique des programmes de Canal + de 1986 à 2000, puis quitté définitivement la chaîne cryptée en 2001, Alain de Greef est décédé le lundi 29 juin à l'âge de 68 ans, dans le Vaucluse. Son audace dans la conception de nouvelles émissions et sa capacité à repérer les jeunes talents puis à les mettre en valeur ont fait de lui l'inventeur du sacro-saint "esprit Canal".

Les Nuls, Jamel Debouzze, Karl Zéro, la troupe des Deschiens ou encore Jean Yves-Lafesse lui doivent ainsi beaucoup. Côté émissions, il a créé Les Guignols, Nulle Part Ailleurs, Groland, ou encore La Grande Famille. Ce grand ami de Pierre Lescure – cofondateur puis PDG de Canal – aimait expérimenter, comme l'a rappelé son ancien adjoint Bruno Gaston auprès de Télérama :

Dans les programmes, il privilégie les formes bancales. Les trucs qui flottent et qui finiront un jour par donner quelque chose d'intéressant.

En parallèle de son travail pour la chaîne cryptée, il a aussi complètement repensé la chaîne d'info I-Télé (qui appartient au groupe Canal).

"Tout est raisonné, pesé, soupesé"

Alain de Greef était aussi célèbre pour sa réserve. C'est ce qu'a expliqué Albert Mathieu, ancien directeur de l'antenne de Canal +, à Télérama encore une fois :

Chez De Greef, tout est raisonné, pesé, soupesé. Il passe un temps fou à la réflexion et sa maturation est très lente. Ce n'est pas quelqu'un de spontané. Il n'a pas d'engouement, il ne se laisse pas aller facilement. Ce n'est pas quelqu'un de brillant (il n'a pas le sens de la répartie), mais quelqu'un de laborieux, qui analyse tout en permanence.

Ses programmes, aussi osés et décalés soient-ils, n'ont donc pas été montés sur des coups de têtes. Et alors que le fameux "esprit Canal" est perdu depuis longtemps, la meilleure façon de rendre hommage à Alain de Greef est sans doute de revenir sur ce qu'il a apporté à la chaîne, en revenant sur les émissions les plus célèbres dont il a été l'instigateur.

Nulle Part Ailleurs

NPA, c'est l'ancêtre du Grand Journal. Créé en 1987, le talk-show a été diffusé en clair, de 18h30 à 20h30, pendant quatorze ans. Mêlant information et divertissement, il a été présenté durant dix ans par Philippe Gildas. Son succès, il le doit aux divers programmes courts qui le composaient et aux divers intervenants sélectionnés avec flair par "Deug" (le surnom d'Alain de Greef).

L'inimitable Karl Zéro y présentait son Vrai Journal, recoupant des parodies d'actu avec de vrais reportages. Les Deschiens présentaient des sketches courts, tandis que le duo Antoine de Caunes - José Garcia n'hésitait pas à verser dans le grotesque en incarnant divers personnages – tel que l'illustre Didier l'embrouille – ou en caricaturant des personnalités. Il y eut aussi le JTN  (une parodie de JT),  présenté par les humoristes des Nuls, Alain Chabat, Chantal Lauby, Bruno Carette et Dominique Farrugia. Il fut cependant remplacé par Les Guignols de l'info dès 1988.

A partir de 1997, Guillaume Durand, Nagui et enfin Thierry Dugeon se sont succédés pour animer l'émission dont la diffusion prit finalement fin en 2001. Il faut dire qu'après le rachat de Canal+ par Vivendi en 2000, Alain de Greef avait été supplanté par Alexandre Drubigny à la tête des programmes – et que ce dernier jugeait Nulle Part Ailleurs dépassé. Pourtant, en 2004, la chaîne s'est largement inspirée de NPA pour créer Le Grand Journal.

Les Guignols

Les Guignols, c'est le seul programme de NPA à avoir été repris tel quel par Le Grand Journal avec Le Zapping. Alain de Greef l'avait créé en 1998 en s'inspirant de Spitting Image, une émission satirique anglaise où les plus grandes personnalités du Royaume-Uni étaient caricaturées par des marionnettes. Le programme a d'abord été intitulé "Les Arènes de l'info", et se trouvait alors en concurrence directe avec le Bébête Show de TF1.

Une marionnette d'Alain de Greef lui-même est d'ailleurs apparue en 1991, moquant sa façon de parler en rendant ses paroles incompréhensibles. C'est notamment le cas dans ce sketch, où il s'explique face au CSA (ce qui lui est réellement arrivé à plusieurs reprises) à propos d'un extrait célébrissime de Groland impliquant Michael Kael, pseudo-journaliste d'investigation, et une chèvre :

L'émission est présentée depuis toujours par PPD (dont Yves Le Coq assure la voix). Plusieurs de ses phrases et expressions sont devenues cultes : "Vous regardez l'ancêtre d'Internet, bonsoir", "Vous regardez trop la télé, bonsoir", ou encore l'éternel "Sans transition".

Les Guignols ont tourné en dérision les grandes personnalités françaises et internationales qui ont marqué l'actualité depuis sa création : de Chirac à Hollande en passant par Stallone ou Michael Jackson. Cependant, l'émission risque de bientôt disparaître. Selon Puremédias, Vincent Bolloré (patron de Vivendi) envisage très sérieusement d'y mettre fin. "A tchao bonsoir" ? 

Groland

Humour gras et blagues salaces sont la marque de cette émission culte créée en 1992. Lancée par Alain de Greef, elle est restée l'une de ses favorites par la suite. Son univers centré autour de la Présipauté du Groland – dont le président est aussi le seul à avoir le droit de vote – avait été imaginée par le sémillant Jules-Édouard Moustic.

Le programme est apparu dans diverses émissions – notamment Nulle Part Ailleurs – avant d'en devenir une lui-même : Groland Sat, en 2001. Son nom a changé à de nombreuses reprises jusqu'à devenir Made In Groland en 2012, avec, s'il vous plaît, l'hymne soviétique façon punk rock en guise de générique. Mais le concept est resté le même : présenter une parodie de JT enchaînant divers reportages fictifs souvent absurdes.

Par , publié le 30/06/2015