AccueilÉDITO

"Pas de noir" : l'annonce raciste qui embarrasse l'agence immobilière Laforêt

Publié le

par Théo Mercadier

(Capture d’écran Twitter)

Un mois après la découverte de directives racistes données par un propriétaire mettant son bien en location, une agence Laforêt a dû fournir des explications.

En France, en 2016, il est encore possible de tomber sur des bombes de racisme archaïque et abjecte. La dernière en date a été lâchée par l'agence immobilière Laforêt, visiblement peu regardante sur le contenu de ses annonces. Moustapha, en visite dans un appartement à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), s'est empressé de tweeter une photo de la fiche technique destinée à l'agent immobilier en charge de la visite. Et ça ne pardonne pas."ATTENTION IMPORTANT POUR LA SÉLECTION DES LOCATAIRES : nationalité française obligatoire, pas de noir." Oui, vous avez bien lu : "pas de noir." Un racisme primaire, tout ce qu'il y a de plus écœurant, qui montre bien dans quel état d'esprit déplorable se trouvent certains de nos concitoyens.

"J'étais assez choqué, j'ai demandé des explications à l'agent immobilier. Il y avait des personnes noires qui visitaient l'appartement", explique Moustapha à France info. L'agent lui a alors fait comprendre que ce n'était "pas de sa faute ni de son ressort". Il ne s'est pas non plus précipité pour signaler la chose à sa direction.

Alors à qui la faute ? À l'agence Laforêt des Lilas, en Seine-Saint-Denis, qui a mis un mois à réagir à l'affaire et dont l'une des collaboratrices a monté le dossier de location. "Une collaboratrice qui ne fait plus partie de l'entreprise", précise au micro de France info Laurent Balestra, responsable de l'agence, tout en répétant être "outré" par l'histoire. On ne sait pas si cette personne a été virée à la suite à de cette affaire ou si elle est partie d'elle même entre-temps.

"Elle a été naïve et mal formée, elle a retranscrit sans savoir." Sans savoir quoi ? Que le racisme est puni par la loi en France ? C'est loin d'être la première fois que ce racisme primaire investit le milieu de la location immobilière. C'est notamment un problème auquel a été confrontée la plateforme Airbnb, qui a été forcée de faire signer une charte antidiscrimination à ses utilisateurs pour lutter contre la recrudescence de ces "incidents".

Laurent Balestra a également tenu à rappeler la politique de Laforêt sur ces questions : "Lorsque les propriétaires sont racistes, je donne comme directive à mes employés de ne pas prendre les dossiers. On est aux Lilas, dans le 93, on ne peut pas se permettre ça."

Ah parce que dans le 16e arrondissement, on peut ?

À voir aussi sur konbini :