AccueilÉDITO

Affaire Fillon : un journaliste du Canard enchaîné se confie à un journal local

Publié le

par Théo Mercadier

Alain Guédé, journaliste au Canard enchaîné, a raconté en détail les dessous de l’affaire Fillon à un journal sarthois.

Le calme après la tempête. Alors que François Fillon semble s’être enterré au fond d’un bois pour se remettre de sa défaite à la présidentielle, certains journalistes du Canard enchaîné prennent des vacances bien méritées. L’un d’entre eux, Alain Guédé, a décidé d’aller se ressourcer à Saint-Léonard-des-Bois, une petite commune de la Haute Sarthe qui, ironie du sort, se situe à 66 kilomètres du château du couple Fillon. Dans une longue interview donnée au journal hebdomadaire Les Alpes Mancelles, le journaliste explique comment, avec "5, 6 copains", il a fait tomber le candidat de la droite et du centre.

Il a longtemps été reproché au Canard enchaîné de s’être concentré sur ledit candidat quelques mois seulement avant le premier tour de la présidentielle. Alain Guédé affirme que travailler sur les personnalités émergentes est la règle dans le journal. Propulsé aux portes de la présidence en un temps record, François Fillon a donc attiré leur attention, "surtout après sa victoire aux primaires". Rien d’anormal donc, même si le journaliste reconnaît volontiers qu’ils étaient "un peu plus motivés que d’ordinaire".

Jackpot

La petite équipe du Canard commence donc son enquête en épluchant les déclarations de patrimoine de l’ancien Premier ministre, comme pour tous les autres candidats. Sauf que chez Fillon, c’est une mine d’or :

"C’est avec François Fillon que la pêche a été bonne. C’était vraiment un calendrier de l’avent. Chaque jour, on soulevait le petit carré de papier… et on trouvait !"

Exit donc les fantasmes sur un prétendu "cabinet noir" présidentiel qui aurait cherché à torpiller la campagne du concurrent en envoyant de gros dossiers à la presse : "Les balances qui fournissent des dossiers clé en main au Canard, c’est finalement peu fréquent… et ça n’empêche pas de vérifier." Bref, l’affaire est venue de journalistes qui ont fait leur boulot, "plus collégialement que d’habitude".

Il révèle aussi que c’est un coup de fil à l’ancienne attachée parlementaire qui a contribué à enfoncer le clou, confirmant la plupart des soupçons d’emplois fictifs. "Elle nous a répondu en toute bonne foi", alors que les autres personnes contactées acquiesçaient "mais en off". Alain Guédé en profite au passage pour se gausser de l’attitude du candidat de la droite, peu réactif devant l’enquête en cours :

"François Fillon savait qu’il avait tout ça… A priori, il n’écoutait pas beaucoup ses conseillers. C’est totalement incroyable ! Il déclare que sa femme travaille. Dans ce cas-là, il aurait pu lui reconstituer un semblant de carrière… Nous, on s’est juste fait confirmer des choses…"

"On en a encore sous le pied"

Le reste de l’histoire est connu : François Fillon se grille tout seul sur le plateau du journal de TF1 en dévoilant l’emploi de ses propres enfants au Sénat, la presse se déchaîne, Le Canard enchaîné reçoit des menaces de mort. Si celle accompagnée d’une "balle 22 long rifle" reste la plus inquiétante, Alain Guédé révèle qu’une pluie de réactions agressives s’est déversée sur la rédaction. Sur les 5 000 courriers reçus pendant l’affaire, "deux tiers d’encouragements… et un tiers d’insultes graves, dont ces menaces pas toujours voilées". Pas de quoi décourager les journalistes, même si "depuis Charlie, [ils font] quand même gaffe".

Et maintenant ? Le journaliste dit encore disposer d’infos croustillantes sur l’ancien Premier ministre. Par exemple, qu’en est-il de sa voiture pour la course du Mans Classic, laquelle porte "le badge d’un sponsor qui est aussi le gars qui a ouvert le compte de Platini au Panama? Ce sera pour plus tard, car pour l’instant, plus question de continuer à taper sur le perdant. Question de principes :

"Sur François Fillon, on en a encore sous le pied. Mais au Canard, on ne piétine pas un homme à terre. C’est mieux comme ça car il y avait une vraie souffrance chez lui."

À voir aussi sur konbini :