AccueilÉDITO

Mohamed, un ami de Théo affirme avoir été tabassé par le même policier

Publié le

par Astrid Van Laer

De nouvelles accusations viennent s'ajouter à celles qui pèsent sur un policier d'Aulnay-sous-Bois déjà mis en cause dans l'affaire Théo, le jeune homme brutalisé lors d'une interpellation violente le 2 février. 

Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête mardi 14 février après qu'un jeune homme, Mohamed K., un ami de Théo (le jeune homme victime d'une violente interpellation le 2 février), a porté plainte et publié une vidéo dans laquelle il raconte avoir été violenté, une semaine avant son ami, et traité de "sale noir".

Ce jeune livreur de 22 ans a raconté à L'Obs ce qui lui est arrivé le 26 janvier : "J'ai vu un petit de la cité courir, avec derrière lui un homme de grande taille, vêtu d’un manteau à capuche avec de la fourrure. Il a fait une balayette au petit à cinq mètres de moi, je suis intervenu, j’ai demandé ce qui se passait." 

Ce policier en civil serait selon lui le même que celui mis en cause une semaine plus tard par Théo. Quelques minutes plus tard, il aurait procédé avec deux de ses collègues à une fouille sur Mohamed, que ce dernier décrit comme "30 à 40 minutes de calvaire" où il aurait été frappé à plusieurs reprises avant d'être emmené sanguinolent au commissariat pour une garde à vue pour "outrage et rébellion".

"C’est le même que celui qui a pénétré Théo avec sa matraque, tout le monde l’appelle 'Barbe Rousse'"

Ces déclarations prennent une dimension d'autant plus importante qu'elles mettent en cause le policier accusé de viol sur le jeune Théo. Bien mal en point et les yeux tuméfiés après s'être pris de nombreux coups de pied et de matraque, il est délivré à Mohamed une interruption totale de travail de 5 jours, à la suite de son transfert à l'hôpital de Bondy, après 24 heures de garde à vue.

Au départ craintif de perdre son emploi, les évènements survenus ces derniers jours l'ont décidé à porter plainte, Mohamed se sentant coupable de ne pas l'avoir fait plus tôt. Il bénéficiera de la défense du célèbre maître Dupond-Moretti, également avocat de Théo. On note que l'un des policiers a porté plainte contre Mohamed (et a obtenu trois jours d'ITT) pour s'être tordu le petit doigt...

Ça commence à faire beaucoup

Le ministre de l'Intérieur Bruno le Roux a réagi à ces éléments nouveaux en saisissant l'IGPN. On rappelle que cette dernière avait surpris en écartant la dénomination de viol pour qualifier les violences subies par Théo.

Alors que des manifestations agitent la Seine-Saint-Denis depuis quelques jours, ces nouvelles déclarations choquantes risquent bien de mettre de l'huile sur le feu, créant un sentiment de défiance vis-à-vis des policiers et une opposition regrettable entre civils et forces de l'ordre. On dénombre déjà 245 interpellations depuis le début de ces mouvements de protestation, le 4 février.

De nombreuses personnalités se sont engagées à la une du Libération du 15 février pour soutenir les victimes de violences policières. On réclame justice et si les cas continuent à se multiplier, on ne pourra plus les qualifier longtemps d'"accidents"...

À voir aussi sur konbini :