AccueilÉDITO

À Paris, plus de 2 700 migrants ont été évacués du campement de la Porte de la Chapelle

Publié le

par Astrid Van Laer

Vendredi 7 juillet, le camp de migrants de la Porte de la Chapelle a été évacué. Dans la foulée, la maire de la capitale, Anne Hidalgo, a lancé une proposition de loi pour une "politique nationale d’intégration".

Dans la matinée du vendredi 7 juillet, 2 771 migrants ont été évacués du campement de Porte de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris, d’après le communiqué publié par la préfecture de police et le préfet d’Île-de-France. Ce rapport précise que, parmi elles, 161 sont ce qu’on appelle un "public vulnérable", à savoir des femmes seules ou des mineurs isolés. D’après RTL, 350 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés pour procéder à cette évacuation. Ils ont agi conjointement avec des "acteurs associatifs franciliens et [des] bénévoles". Toujours selon ce communiqué, il est expliqué qu’un accueil temporaire a été organisé :

"Les personnes concernées sont accueillies de manière temporaire sur plusieurs sites mobilisés en Île-de-France, où elles pourront bénéficier d’un diagnostic social et sanitaire grâce à la mobilisation de personnels spécialisés. Les intéressés se verront rapidement proposer une orientation vers un dispositif d’accueil adapté à leur situation administrative."

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est exprimé sur CNews, qualifiant la situation de la Porte de la Chapelle "d’insoutenable" et a évoqué la possibilité "d’ouvrir un certain nombre de gymnases" à Paris et dans sa petite couronne, ajoutant :

"Il y aura très, très vite un examen de la situation et une reconduite aux frontières. Ceux qui ne veulent pas reconduire dans leurs pays ne maîtriseront jamais les flux migratoires."

Anne Hidalgo plaide pour une réponse "globale et durable"

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a annoncé qu’elle ferait une proposition de loi au gouvernement d’Édouard Philippe pour apporter une réponse "globale, durable, solidaire et efficace" à cette situation humanitaire catastrophique. Intitulé "Proposition dans la perspective d’une loi d’orientation et de programmation pour l’accueil des migrants humanitaires et pour une politique nationale d’intégration", le texte propose notamment la création d’une organisation institutionnelle permettant de réguler et d’accompagner le processus d’intégration.

Ne siégeant pas à l’Assemblée nationale, Anne Hidalgo ne peut cependant pas porter ce projet de loi. Son message encourage par conséquent les citoyens à interpeller leurs parlementaires. Un appel d’ores et déjà entendu par le député socialiste de la 9e circonscription du Val-de-Marne, Luc Carnouvas, qui a déclaré qu’il porterait ce projet "comme proposition de loi à l’Assemblée". Une initiative qui a également été saluée par le président de France terre d’asile, Pierre Henry, interrogé par FranceInfo :

"Il faut un plan d’accueil, d’intégration et de répartition des migrants. Il faut un pilotage de l’État qui soit renforcé. Des choses ont été faites lors du quinquennat précédent, mais toujours dans l’urgence. Le sentiment qui a dominé est celui du 'trop peu' et 'trop tard'. Si on ne veut pas recommencer, il faut avoir une ambition et une loi de programmation sur cinq ans. Une loi de programmation qui permette de faire face à l’ensemble des flux."

À voir -> Vidéo : l’association Roya citoyenne dénonce des expulsions illégales de migrants mineurs

À voir aussi sur konbini :