(c) Oculus

Oculus dévoile le Quest, son casque de VR spécial jeux vidéo

Le mot d’ordre : mobilité absolue !

© Oculus

Mercredi 26 septembre, Mark Zuckerberg, chef des troupes de l’Oculus depuis 2014 lorsque Facebook a racheté l’entreprise, a présenté le digne successeur de la lignée des casques de réalité virtuelle (VR) Oculus Rift et Oculus Go : le Quest.

Publicité

Le credo, affiché en gros sur le site du constructeur, tient en trois phrases claires et succinctes : "Aucun PC. Aucun câble. Aucune limite". Promesse de mobilité absolue qui fait encore cruellement défaut aux casques de VR et explique, en partie, l’inertie ambiante qui l’empêche de conquérir les foyers.

Pas de PC, pas de câble, c’était du déjà-vu chez Oculus. La vraie nouveauté, ici, c’est le système "Oculus Insight" qui, nous promet-on, restituera les mouvements et les déplacements du joueur (sur une superficie maximum de 40 m², wouh !). Tout ça grâce aux capteurs placés dans le casque et les deux manettes. Zuckerberg promet que la qualité d’expérience sera égale à celle du Rift.

À ce nouveau casque s’ajoute un léger changement de ligne éditoriale. Le Quest a surtout été imaginé pour les jeux vidéo, détrônant ainsi la vidéo tout court. 50 jeux devraient donc accompagner son lancement.

Publicité

Le Quest est attendu pour 2019 avec un prix initial fixé à 399 dollars (environ 340 euros). Avec sa bébête disruptrice, Zuckerberg espère dépasser rapidement le cap des 10 millions d’utilisateurs.

Par Pierre Schneidermann, publié le 27/09/2018

Pour vous :