(c) Create Health / Flickr

Aux États-Unis, une assurance vous récompense pour votre mode de vie "healthy"

Mangez sain, méditez, faites du sport... vivez plus longtemps et vous gagnerez de l’argent !

(c) Create Health / Flickr

Bâton. Carotte. Carotte. Bâton. Bravo. Peut mieux faire... L’ère de la récompense/punition arrive indéniablement dans le monde de l'assurance. Le 19 septembre, l’entreprise états-unienne John Hancock a dévoilé un nouveau contrat d’assurance-vie qui deviendra la norme : le programme "Vitality".

Publicité

Le souscripteur n’aura guère le choix : il sera sujet aux récompenses. Mais il faudra le mériter en faisant de l’exercice, en mangeant sainement et en prenant soin de son esprit. Le tout pour être en bien meilleure santé que si l’on se prenait à fainéanter tout le week-end sur Netflix en bouffant des chips à la crevette.

L’exercice physique sera mesuré grâce au matériel connecté déjà connu du grand public (l’appli Fitbit ou une Apple Watch dans un premier temps). Pour la nourriture, John Hancock assure avoir d’ores et déjà signé des partenariats avec 16 000 épiceries et supermarchés dans le pays. Enfin, pour les soins de l’esprit, il est demandé de méditer au moins dix minutes par jour et de dormir au moins huit heures par nuit. Encore une fois, une appli permettra de vérifier tout ça.

En échange de ses efforts, l’abonné recevra des ristournes sur son abonnement (jusqu’à 15 % de réduction annuelle avec le programme Vitality Plus, la plus "récompensante" des deux offres), une Apple Watch à 25 $ (Vitality Plus toujours) ou des réductions sur Amazon (avec Vitality GO, l’offre la moins alléchante). Pour les expatrié.e.s intéressé.e.s, le tableau comparatif est ici.

Publicité

Si Vitality Go et Vitality Plus deviennent désormais les seules offres d’assurance-vie proposées par l’entreprise, notons que la transmission des données susmentionnées n’est, pour l’heure, pas obligatoire. Autrement dit, du bonus, mais pas de malus, le tout ficelé dans de l’incitation lourdingue et permanente sur le site web de l’entreprise.

Hasard de calendrier (ou pas), l’annonce intervient une semaine après la dernière keynote d’Apple où l’Apple Watch Series 4 avait été présentée. Parmi ses nouvelles fonctionnalités, la montre permet de détecter si son porteur tombe au sol, elle écoute le cœur et peut contacter les secours. Raisons pour lesquelles mon collègue tech estimait qu’elle deviendrait "la future montre préférée des Ehpad".

Ces nouvelles fonctionnalités de l’Apple Watch Series 4 ne sont pas directement impliquées dans les programmes Vitality. Mais elles entrent directement en résonance. La généralisation de la santé connectée, du "quantified self", le doux diktat du healthy. En France, on en est loin. Aux États-Unis, les Apple Watch se vendent comme des petits pains.

Publicité

À juste titre, des voix critiques s'élèvent et posent deux grandes questions : quel sort sera réservé aux données collectées ? Et qu’est-ce qui nous dit que ce système pour le moment incitatif ne deviendra pas obligatoire et punitif ? Dit autrement : à quel point veut-on se rapprocher du système de notation si cher à la Chine, censé dérouler son tapis rouge à la population dès 2020 ?

Par Pierre Schneidermann, publié le 21/09/2018

Pour vous :