(© Capture d’écran Youtube France Inter )

Alison Wheeler remet à leur place les militants du groupe anti-IVG des "Survivants"

Les militants anti-avortement qui avaient perturbé le tournage de Touche pas à mon poste, le 4 octobre, ont inspiré à Alison Wheeler une chronique sur France Inter. Avec beaucoup d'ironie, la jeune femme les remet à leur place. 

Alison Wheeler s'est attaquée aux "Survivants", des militants anti-IVG, dans sa chronique "On libère la vie !" dans l'émission La Bande originale de Nagui, sur France Inter, le 6 octobre. La comédienne du Studio Bagel détourne à merveille les propos des jeunes agitateurs qui s'étaient imposés sur le plateau de Touche pas à mon poste, le 4 octobre.

Publicité

Ils avaient interrompu le tournage de l'émission de Cyril Hanouna pour faire passer leur message contre l'avortement. Comme le résume très bien Alison Wheeler, "le discours de ces militants c'est de dire qu'on est tous des 'survivants', parce que nous, on n'a pas été avortés par nos parents". Ils vont jusqu'à affirmer que "leurs potentiels frères et sœurs qui auraient pu naître leur manquent".

Ironie mordante

Un discours absurde que l'ancienne présentatrice météo du Grand Journal s'amuse à amplifier. "Arrêtons d'empêcher la vie de se former !", s'exclame-t-elle dans sa chronique. Avec beaucoup d'humour, elle pousse la théorie à l'extrême. Elle demande ainsi à Nagui d'enlever son jean slim qui rend infertile, réclame "un arrêté préfectoral qui interdise toutes les pratiques sexuelles qui n’ont pas vocation à féconder", et finit par s'accuser elle-même d'être une meurtrière parce qu'elle vient d'avoir ses règles.

Elle propose également des cimetières de capotes "pour que l'on puisse se recueillir à la Toussaint". "On pourrait tous prier ensemble au nom du Père, du Fils, de l’autre fils qu’on aurait pu avoir et qui a fini dans la bouche de Cindy...", ironise la jeune femme. Même si elle utilise l'humour, Alison Wheeler a un message très sérieux pour ces jeunes et ceux qui pourraient les soutenir :

Publicité

"N'hésitez pas à ouvrir un journal, et en ce moment il y a des enfants, des vrais enfants, en 3D, qui voudraient jouer à Mario, manger des Smarties, qui crèvent sous les bombardements à Alep. Y en a qui passent entre les bombes, et c'est ça qu'on appelle des survivants !"

Une habituée du petit écran

À 30 ans, Alison Wheeler a déjà un bon CV. Elle a fait ses débuts à 17 dans Kawaï, une émission jeunesse qu'elle coanimait aux côtés de Louise Bourgoin, sur Filles TV. En 2012, elle a commencé à faire des vidéos pour MademoiZelle, des sketches dans lesquels elle commente l'impitoyable monde d'Internet.

Elle a ensuite rejoint les rangs du collectif d'humoristes du Studio Bagel, ce qui lui a ouvert les portes de Canal+. Ce passage par la chaîne cryptée a propulsé sa carrière : après avoir présenté la météo du Grand Journal pendant un an, elle anime sa propre rubrique dans L'Émission d'Antoine, "Le Journal intime d'Alison Wheeler".

Publicité

Par Bérénice Rebufa, publié le 07/10/2016

Copié

Pour vous :