featuredImage

Elon Musk dévoile son projet de transport souterrain… et (ré)invente le métro

L’entrepreneur derrière Tesla et SpaceX a présenté le premier concept de The Boring Company, qui veut alléger le trafic urbain en creusant des tunnels.

Parfois, à force de baigner dans sa propre doxa solutionniste et de se convaincre elle-même que la moindre de ses inspirations changera à jamais la face du monde, la Silicon Valley ne se rend même plus compte qu’elle se contente de faire du neuf avec du vieux. Lors de la présentation de sa dernière aventure, baptisée The Boring Company (un jeu de mots autour de "boring", qui signifie à la fois "ennuyeux" et le gérondif de "creuser" dans la langue de Kanye), le milliardaire entrepreneur Elon Musk – doit-on encore le présenter ? – a tout simplement réinventé le métropolitain, un concept de transport public souterrain révolutionnaire imaginé par Charles Pearson et inauguré le 10 janvier 1863 à Londres. Avec pour objectif, déjà, de décongestionner les artères de la ville, saturées par d’interminables files d’attelages de calèches.

En 2017, les villes sont tentaculaires et les véhicules motorisés ont supplanté les équidés, mais aucune de nos précieuses inventions n’est parvenue à nous débarrasser des bouchons aux heures de pointe. C’est là que Musk entre en scène : il y a quelques mois, l’homme annonçait sur Twitter qu’il remédierait aux bouchons en creusant des tunnels sous les villes. Si ça avait été n’importe qui d’autre, personne n’y aurait prêté attention.

Mais lorsque Elon Musk parle, on écoute, car l’homme est du genre à concrétiser ses idées, aussi délirantes soient-elles. Rapidement, des tests débutent, à échelle réduite. Puis, le 28 avril, une monolithique foreuse d’occasion, flanquée du logo The Boring Company, apparaît dans la cour arrière de SpaceX. Le même jour, le site BoringCompany.com était mis en ligne. Ne manquait plus à Musk que d’apparaître sur la scène de TED avec une vidéo de démonstration.

40 couches de tunnels superposées

Le projet derrière The Boring Company se présente donc ainsi : dans un avenir indéterminé, les voitures pourront venir se placer sur un ascenseur, situé au niveau de la chaussée, qui les descendra jusqu’à un système de monorail magnétique. Arrimés sur des plateformes individuelles, les véhicules fileraient ensuite à 200 kilomètres par heure jusqu’à leur destination, le système étant intégralement automatisé. "Nous essayons de creuser un trou sous Los Angeles, pour créer le début de ce qui sera avec un peu de chance un réseau de tunnels en 3D pour décongestionner [la ville]", a détaillé Elon Musk lors de la conférence.

Et le projet ne se contenterait pas de quelques tunnels par-ci par-là : selon Musk, il serait possible de créer jusqu’à 40 couches de tunnels les unes sous les autres pour virtuellement éliminer toute forme d’embouteillage. Là où le projet frise le ridicule, c’est lorsque l’on voit que les ingénieurs de The Boring Company ont également imaginé un système de wagons permettant de transporter des piétons d’une destination à une autre. Un métro, finalement. Mais un métro joliment marketé par les meilleurs ingénieurs de la Silicon Valley.

Cette fois-ci, on se demande si l’homme qui a rendu les voitures électriques cool et créé sa propre entreprise spatiale n’est pas allé un peu trop loin dans l’utopique. Rassurons-nous, il ne devrait "pas consacrer plus de 2 à 3 % de son temps" à cette futile aventure, qui ne verra pas le jour avant des décennies. Los Angeles n’est pas près d’être un paradis pour la circulation urbaine.

Par Thibault Prévost, publié le 01/05/2017

Copié