AccueilÉDITO

En 2016, forte baisse des actes antimusulmans en France

Publié le

par Théo Mercadier

(© Francisco Osorio/Flickr/CC)

Une bonne nouvelle représentative de la plus grande tolérance de la société française envers les minorités religieuses.

(© Francisco Osorio/Flickr/CC)

Les Français n'ont pas cédé à la haine dans laquelle les attentats auraient pu les jeter. Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a publié mardi 31 janvier son rapport annuel sur l'évolution du fait islamophobe en France, qui recense les différentes attaques (25), agressions (39), discours haineux (insultes et menaces, 98) et discriminations (419...) dont sont victimes les musulmans français. Bonne nouvelle : ces chiffres sont en baisse de 35,9 % par rapport à 2015, et de 24,1 % par rapport à 2014.

Pour établir ces statistiques, le collectif dirigé par Marwan Muhammad prend en compte le nombre de fois où il a été saisi par des musulmans suite à des agressions, avec ou sans dépôt de plainte auprès de la police. Un mode de calcul qui explique l'écart avec les chiffres dévoilés aujourd'hui par le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, recensant quelque 186 actes antimusulmans en 2016, soit près de trois fois moins. Pour cause, le ministère de l'Intérieur ne s'appuie que sur les agressions ayant effectivement débouché sur des plaintes ou des mains courantes, ce qui est loin d'être toujours le cas...

Pas d'amalgames

Au-delà des considérations purement statistiques, les chiffres présentés par les deux institutions témoignent de la même dynamique positive, deux institutions qui louent les effets bénéfiques de leur combat quotidien contre l'islamophobie. Un combat engagé début 2015, l'attaque de Charlie Hebdo ayant enclenché une hausse dramatique des actes antimusulmans dans l'année qui a suivi. Les baisses dévoilées aujourd'hui n'ont pas seulement permis un retour à la normal, puisqu'elles ont permis de faire tomber les chiffres en-dessous de ceux recensés avant la vague d'attentat, en 2014. Loin des réactions haineuses et des appels à la guerre civile, les attentats auraient donc engagé une réflexion au sein de la société et entrainé une plus grande tolérance à l'égard des musulmans.

Interrogé par Le Monde, Marwan Muhammad se réjouit ainsi de la plus grande "empathie" et de la "solidarité" manifestée envers les musulmans de France, même s'il s'inquiète que ces chiffres puissent être en partie faussés par l'hésitation des victimes à porter plainte : "De plus en plus, nous devons convaincre des gens qui nous appellent d’agir en justice, car ils sont réticents."

Autre point d'inquiétude, le CCIF met en avant la surexposition des femmes voilées à l'islamophobie : elles représentent 75 % des dossiers déposés auprès du collectif, et 100 % des agressions physiques les plus graves (qui entraînent au moins huit jours d'incapacité totale de travail). Triste réalité de l'acceptation du voile en France, sur laquelle les débats stériles sur le burkini et le voile à l'université ont des effets dévastateurs, selon le CCIF.

La réduction des actes racistes se mesure également chez les personnes de confession juive, puisque le ministère de l'Intérieur a recensé 335 plaintes en 2016, contre 808 en 2015. Entre 2015 et 2016, les actes antisémites ont donc été réduits de 58,5 %, une large victoire lorsqu'on sait que 1 662 plaintes avaient été déposées en 2014, année noire de l'antisémitisme en France.

Point noir sur le tableau, Beauvau a enregistré 949 actes violents à l'encontre des lieux de culte chrétien, actes qui ont augmenté de 17 % entre 2015 et 2016. Selon France Info, le ministère tient toutefois à préciser que ces dégradations n'ont généralement pas de motivation religieuse mais sont, pour les deux tiers d'entre eux, le fruit de vandalisme ou de vol.

À voir aussi sur konbini :