AccueilÉDITO

20 000 lieux sur la Terre : le secret des "cascades de sang" de l'Antarctique

Publié le

par Jeanne Pouget

Notre chère planète regorge d’endroits extraordinaires et atypiques. Notre série 20 000 lieux sur la Terre vous propose d’en découvrir quelques-uns.

Wikimedia Commons (© Peter Rejcek)

Comme sorties d'un décor de film d'horreur, les Blood Falls - littéralement "cascades de sang" situées en Antarctique, ne résultent pas d'un massacre de phoques mais d'une coulée d'oxyde de fer en marge d'un glacier. Véritable allégorie des blessures de la Terre, ce phénomène de rouille est longtemps resté une énigme pour les scientifiques qui étudient ce lieu découvert par le géologue britannique Thomas Griffith Taylor en 1911.

De mystérieuses cascades rouges

Longtemps attribué à une algue, le phénomène des cascades de sang vient d'être dévoilé par des scientifiques américains. Grâce à une imagerie réalisée sous le glacier, les scientifiques ont découvert l'existence d'une "capsule"  formée il y a 1,5 à 2 millions d'années. Le glacier recouvre ainsi un réseau de rivières et un lac sous-glaciaire d'eau salée riche en fer et recouvert de 400 mètres de couches de glaces. Le "sang" est donc cette eau souterraine riche en fer qui s'écoule à la surface à travers les fissures du glacier.

(©voyagerloin/Pinterest)

Jusqu'alors, le mystère demeurait quant à l'origine de cet écoulement dans cet environnement à -17 degrés. D'après l'étude, la composition de cette eau salée expliquerait le fait qu'elle s'écoule plutôt qu'elle ne gèle : "L'eau salée qui a un point de congélation plus bas que celui de l'eau douce, libère de la chaleur en gelant et, par conséquent, fait fondre la glace et engendre l'écoulement des rivières" détaille National Geographic. Ainsi, le contact entre l’oxyde de fer présent dans l’eau et l’oxygène de l’air, créé cette eau rouge sang qui s'écoule dans le lac en contrebas.

Mauvaise nouvelle néanmoins : cette capsule sub-glacière pourrait accélérer la fonte des glaces en engendrant des glissements et une glace plus molle. Un phénomène rendu possible par des millions d'années de transformation mais qui, avec le réchauffement climatique, pourrait disparaître plus rapidement que prévu.

À voir aussi sur konbini :