AccueilÉDITO

La Norvège réfléchit à offrir une montagne à son voisin finlandais

Publié le

par Thibault Prévost

La chaîne Halti (© Cartsen Frentzl / Creative Commons / Flickr)

Le gouvernement norvégien réfléchit à déplacer sa frontière pour offrir une montagne à la Finlande voisine, qui fête ses 100 ans d'indépendance en 2017.

La chaîne Halti. (© Cartsen Frentzl/Creative Commons/Flickr)

Le 6 décembre 2017, la Finlande fêtera le centenaire de son indépendance, gagnée dans la foulée de la révolution russe de 1917. Pour l'occasion, son voisin norvégien a décidé de marquer le coup. Comment ? En déplaçant sa frontière d'une quarantaine de mètres pour inclure le mont Hálditšohkka — l'une des montagnes de la chaîne Halti, haute de 1 331 mètres et située 300 kilomètres au-delà du cercle polaire — dans le territoire finlandais, et élever le plus haut sommet national de sept mètres. La légendaire gentillesse scandinave a encore frappé.

Selon le Guardian, le projet est encore en discussion au sein du gouvernement norvégien, car on ne modifie pas le territoire d'un pays aussi facilement, même avec un maximum de bonne volonté. L'idée, pourtant, n'est pas nouvelle : en juillet 2015, Bjørn Geirr Harsson, géographe retraité de la fonction publique, écrivait à son gouvernement pour lui soumettre le projet, et se voyait gentiment répondre par le ministère des Affaires étrangères (oui, en Norvège, le gouvernement répond aux lettres) que l'idée était malheureusement incompatible avec l'article premier de la Constitution, qui stipule que la Norvège est un pays "libre, indépendant, indivisible et inaltérable". En d'autres termes, pas touche aux frontières.

Une page Facebook et 14 000 likes plus tard, l'idée attire l'attention de plusieurs personnalités des sphères politiques et judiciaires, qui ont fait remarquer que les frontières de la Norvège avec la Finlande et la Russie ont récemment été modifiées pour suivre l'évolution des rives des fleuves sans que cela ne pose de problème à quiconque. D'un point de vue légal, l'opération semble donc tout à fait possible, et pourrait bien se produire. "Il reste quelques difficultés techniques et je n'ai pas encore pris ma décision", a expliqué le Premier ministre du royaume, Erna Solberg, "mais nous y réfléchissons". Dans l'histoire, la Norvège perdrait 0,015 kilomètres carrés de territoire (mais garderait son plus haut sommet, le Galdhøpiggen, haut de 2 469 mètres). Et gagnerait, haut la main, le grand concours de la fête des voisins.

À voir aussi sur konbini :