AccueilÉDITO

‪Il y a 50 ans, la pilule contraceptive devenait légale

Publié le

par Cyrielle Bedu

Ce jeudi 9 février, le Sénat rend hommage à Lucien Neuwirth. Mort en 2013, cet homme politique a porté en 1967 la loi sur la légalisation de la pilule contraceptive. 

La loi Neuwirth fête cette année ses 50 ans. À la fin des années 1960, le vote à l'Assemblée nationale de cette loi portée par le gaulliste et ancien résistant Lucien Neuwirth, fut une avancée majeure pour le droits des femmes en France. En plus d'autoriser la contraception, la loi Neuwirth préparait le terrain à une autre grande loi féministe, celle de la légalisation de l'avortement, dite loi Veil, promulguée sept ans plus tard, et appliquée en 1975. La loi Neuwirth abrogeait également la loi du 31 juillet 1920 qui interdisait tout contrôle des naissances (contraception et IVG) en France. En 1967 comme en 1974, les débats furent houleux à l'Assemblée. Mais les travaux préparatoires de la loi permirent aux professionnels de la santé comme aux législateurs de s'accorder sur le texte le plus à même de faire taire les critiques.

Dans un reportage diffusé dans un JT en 1972, soit cinq ans après la promulgation de la loi Neuwirth, on comprend que des obstacles d'ordre administratif ont par la suite freiné l'application de la loi.

Lucien Neuwirth déposa sa proposition de loi sur la contraception un peu plus d'un an avant sa promulgation, le 18 mai 1966. Cette date a été mûrement choisie : il s'agissait de la date de naissance du député. En déposant la proposition de loi ce jour-là, Lucien Neuwirth voulait marquer son respect de la naissance.

Ce jeudi 9 février, un timbre à l'effigie de Lucien Neuwirth est lancé par La Poste à l'occasion des 50 ans de la légalisation de la pilule contraceptive. La célébration de cet anniversaire quelques mois avant le jour J (la loi fut votée en décembre 1967) permet de remettre la pilule et, plus largement la contraception, sur le devant de la scène. Une véritable nécessité à la veille de l'élection présidentielle, alors que l'extrême droite, cherche à remettre en cause le droit des femmes à disposer de leurs corps.

Selon l'Institut national d'études démographiques (INED), la pilule contraceptive reste la méthode de contraception le plus utilisée en France, même si, depuis quelques années, de plus en plus de femmes se tournent vers d'autres modes de contraception.

À lire -> 40 ans après la légalisation de l’avortement, rien n’est acquis

À voir aussi sur konbini :