La maison en 3D imprimée par Icon en 2018

featuredImage

Un village de maisons low cost imprimées en 3D va voir le jour en Amérique latine

Des maisons avec deux gros avantages : elles sont peu chères et construites très rapidement.

La maison en 3D imprimée par Icon en 2018. (© Icon)

Elle s’appelle Vulcan. En mars dernier, cette imprimante 3D, développée au Texas par la start-up Icon, a créé sa toute première maison low cost (moins de 4 000 dollars, selon l’entreprise) en 24 heures seulement, superposant patiemment des couches de béton. Entendons-nous : l’imprimante ne se charge que de la structure, murs et planchers. Le reste est construit à l’ancienne, mais tout aussi rapidement.

Sur le papier, il y a beaucoup d’avantages autres que le prix et la vitesse d’exécution : bonne isolation thermique, zéro déchet à la fabrication, choix entre plusieurs designs d’architecture et meilleure capacité. Et si ce type de construction fait baisser la main-d’œuvre, elle permet à ceux qui restent impliqués d’être mieux formés. Autant de qualités qui font dire à Icon que, oui, ce sont bien ses maisons 3D qui révolutionneront l’accès au logement dans les régions pauvres, sinistrées ou isolées.

Par la voix de Fast Company, nous apprenons qu’un tout premier village de maisons 3D devrait bientôt voir le jour en Amérique latine. Le lieu est tenu secret pour ne pas perturber le chantier. Icon s’est associée à l’ONG New Story qui, ça tombe bien, construit des maisons là où l’urgence les réclame le plus et ce dans quatre pays : Salvador, Haïti, Bolivie et Mexique.

Les maisons seront imprimées pour des personnes gagnant moins de 200 dollars par mois. Elles pourront emprunter à taux 0. L’argent récolté par l’ONG sera redistribué à la communauté. Si les plans d’architecture n’ont pas encore été dévoilés, on sait qu’ils seront réalisés par une agence de design d’apparence assez hype, Fuseproject.

Par Pierre Schneidermann, publié le 13/03/2019

Copié