featuredImage

Une mystérieuse succession d’ondes radio venues de l’espace a été détectée

Elles proviennent d’un "endroit spécial". Situé très très loin.

On appelle ça des "sursauts radio rapides" (en bon français) ou FRB pour fast radio burst. Leur principale caractéristique est de ne durer que quelques secondes. Originaires des confins de notre galaxie, ils témoignent très probablement de phénomènes astrophysiques d’envergure, à quelques milliards d’années-lumière d’ici-bas.

Les FRB ont été enregistrés pour la première fois en 2007. En dix ans d’étude, une soixantaine de sursauts ont été enregistrés. Depuis peu, le record vient d’être pulvérisé. Une équipe de 50 scientifiques, dont une partie officiant au MIT qui nous résume la nouvelle, a détecté 13 FRB pendant l’été 2018 (la publication est ici). Et l’un de ses sursauts est même apparu à plusieurs reprises, ce qui n’était arrivé qu’une fois auparavant, en 2015.

Cette mesure record, nous la devons au Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment (CHIME), un radiotélescope "révolutionnaire" (dixit le MIT) inauguré fin 2017. CHIME ne fonctionnait qu’à une fraction de sa pleine capacité quand il a détecté les 13 FRB. CHIME, qui se distingue de ses 5 prédécesseurs par sa puissance, utilise notamment des algorithmes dernier cri capables de reconstruire les signaux détectés, et ce sans "bouger".

Une astronome de l’équipe de CHIME, Ingrid Stairs, compare volontiers le travail d’analyse des FRB à un "puzzle cosmique". Avec des futures observations plus poussées de CHIME, on pourrait espérer comprendre le comment du où de ces FRB. Un autre membre de l’équipe, Cherry Ng, avance la piste du rémanent de supernova ou celle d’une zone proche du trou noir central de notre galaxie. Dans tous les cas, un "endroit spécial".

Le rémanent de SN 1604 (supernova de Kepler) - © NASA/ESA/JHU/R.Sankrit & W.Blair via Wikimedia

Par Pierre Schneidermann, publié le 10/01/2019