featuredImage

Pourquoi Apex Legends met à l'amende Fortnite

En quelques jours, le titre surprise de Respawn Entertainment vient de mettre à l’amende (au moins un temps) le leader Fortnite, mais qu’est-ce qu’il a de plus ?

(© Respawn Entertainment)

C’est la surprise vidéoludique de la semaine, Apex Legends est sorti sans sommation sur Xbox One, PS4 et PC, et on souffle déjà qu’un portage Switch pourrait être dans les cartons. S’il reprend la formule classique du "Battle Royale" (être le dernier survivant face à de nombreux ennemis), le jeu a su parfaitement répondre aux attentes des joueurs qui commençaient à se lasser du statut de leadership de Fortnite et même du genre en général.

Ainsi en quelques jours, Apex Legends est arrivé premier sur les audiences de Twitch, reléguant Fortnite 3-4 places derrière, preuve en est qu’il a su convaincre le public de ce dernier pour qu’il change un peu ses habitudes de jeu.

Qu’on se le dise, Apex Legends est un bon jeu, mais si on avait confiance dans les équipes Respawn, à l’origine des excellents Titanfall, il faut aussi comprendre qu’Apex Legends a réussi à rallier en un seul jeu de nombreux éléments du jeu en ligne pour nous dévoiler un gameplay des plus travaillés. Il est un véritable cadavre exquis d’influences toutes diverses et de bonne facture.

1. La formule du F2P pour public illimité, mais plus généreux que Fortnite.

Bien entendu, si le titre a eu un si beau lancement, c’est d’abord grâce à sa gratuité. Apex est gratuit et le restera, bien entendu pour se financer, le titre ne manque pas de proposer une boutique et ses micro-transactions pour pouvoir acheter des atouts purement cosmétiques qui ne changeront en rien le gameplay et n’avantageront personne. On notera d’ailleurs que la boutique est plutôt discrète et que la customisation reste tout de même accessible à ceux qui ne débourseraient pas un sou, grâce à un système de packs Apex aléatoire à la fin de chaque partie, de quoi éviter la frustration.

2. Un gameplay FPS jouissif, digne héritier de Titanfall.

Enfin un Battle Royale en vue subjective qui nous plonge véritablement dans l’arène. On reconnaît bien là la touche des créateurs de Titanfall, tandis que le mode Battle Royale de Call of Duty : Blackout n’avait pas convaincu, on retrouve dans Apex Legends un gameplay enfin nerveux en vue à la première personne. Entre les glissades, la visée instinctive et la fluidité des mouvements, incarner les yeux de votre "Légende" est agréable au possible.

3. La richesse d’un PUBG, sans la rigidité

PlayerUnknown’s Battlegrounds (PUBG) est l’autre référence du Battle Royale, les fans du jeu louant souvent sa technicité, la multiplication des customisations, la gestion de l’inventaire, les différents utilitaires de soin et d’énergie, etc. On retrouve tous ces éléments dans Apex, mais ce dernier a réussi à la rendre enfin plus fluide avec des customisations d’armes qui apparaissent tout de suite plus logiques grâce au code couleur classique de rareté (vert, bleu, violet, orange), des soins et des boucliers qui se rechargent rapidement et logiquement.

On passe peu de temps dans les menus d’Apex Legends, contrairement à PUBG, si les premières minutes peuvent paraître floues, vous allez rapidement saisir les mécaniques et personnaliser votre arsenal en un rien de temps.

4. La "classe" à l’Overwatch

Apex Legends tient son nom des "Légendes" que vous incarnez pour vous lancer sur le champ de bataille, les différents champions sont de force égale mais leurs capacités au nombre de 3 (passive, active et ultime) vous font adopter un style différent. On retrouve là les concepts du jeu Overwatch qui appellent à une coopération et surtout à une complémentarité dans l’équipe, en cela le système de choix de la classe permet de choisir à tour de rôle pour adapter son choix en fonction des précédents effectués par votre coéquipier.

Toutefois comme il s’agit d’un Battle Royale, les cartes restent toujours rebattues en début de partie, il n’y a pas de Légende qui soit bien au-dessus des autres et on appréciera le sens de la justesse chez les équipes de Respawn.

5. L’univers : un bordel à la Borderlands

Le style graphique de Apex Legends a particulièrement plu, exit le réalisme à tout prix qu’on pouvait retrouver dans PUBG, ici on préférera les couleurs et une pointe de "cell-shading" – des graphismes avec des contours forcés qui donnent un style de bande dessinée. L’univers de science-fiction a le droit à sa description malgré le concept du jeu qui n’invite pas forcément à se pencher sur une potentielle histoire, il y a un vrai effort pour justifier la narration du combat.

On retrouve bien des influences de la célèbre série FPS-RPG Borderlands, que ce soit dans les armes loufoques, le style graphique ou tout simplement l’humour omniprésent dans les différents dialogues, histoires et d’une manière générale dans le manque de sérieux assumé par le ton du jeu.

6. Moins de blabla, plus d’action : la communication League of Legends

Un élément de gameplay qui peut paraître anodin mais qui ne l’est pas, c’est la communication. Apex Legends se joue par équipe de 3, qui est un parfait entre-deux, le duo étant un peu restrictif et l’escouade de 4 trop aléatoire, surtout si vous ne connaissez pas vos coéquipiers. Or dans Apex, nul besoin de vous égosiller sur le chat vocal, ce qui peut être parfois intimidant, gênant ou même impossible si vous ne parlez pas la même langue. Le système de "ping" est là pour faciliter toutes les communications, il s’agit simplement de puces que vous indiquez sur la carte, les objets ou même les ennemis pour indiquer les informations essentielles à vos partenaires.

La technique, pourtant très simple, ne s’est pas beaucoup vue dans le genre du Battle Royale mais elle s’inspire des plus grands titres de la coopération notamment League of Legends (ou des titres de stratégies en général) et c’est finalement avec une aisance toute naturelle que vous communiquerez avec vos compagnons pour décrocher ensemble la victoire.

7. Voler dans les plumes d’Anthem

Enfin le déplacement dans Apex Legends est une très belle surprise : rapide, fluide et surtout aussi vertical qu’horizontal. Que ce soit sur les premières phases d’atterrissage ou plus tard grâce aux tyroliennes, grappins et autres ballons flottants, la carte se révèle sur tous les angles. La sensation de vol est même comparable (dans une moindre mesure) à ce qu’Anthem va proposer aux joueurs dans quelques semaines, de quoi se faire déjà des premières impressions.

Par Pierre Bazin, publié le 08/02/2019