(c) david mcbee via Pixnio

featuredImage

Quand des drones boostés à l’IA traquent les déchets plastiques

Des milliers d'images de plastique ont été envoyées par des particuliers.

État des lieux de l'urgence sur le plastique, tour d'horizon des alternatives et bonnes pratiques à adopter : c'est #leplastiquenonmerci, par France Inter et Konbini.

Pour lutter contre le fléau de la pollution plastique dans les océans qui affecte les écosystèmes du vivant, l’entreprise Ellipsis Environmental, basée à Londres, met la main à la pâte en utilisant deux technologies que l’on voit se marier de plus en plus : les drones et la reconnaissance d’image basée sur le machine learning, aka l’intelligence artificielle.

Ellipsis est toute jeune et n’a que quelques semaines. Auparavant, l’entité était une organisation à but non lucratif, plus connue sous le nom de The Plastic Tide, fondée par un Anglais, Peter Kohler. En faisant appel aux citizen science, c’est-à-dire le tout un chacun passionné par la cause et équipé d’un drone, The Plastic Tide avait réussi à récolter plus de 7 000 images de plastiques aériennes, venues d’Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Cette première série d’images appelée dataset est une première bonne base pour que les algorithmes puissent apprendre à reconnaître ensuite, par eux-mêmes, des déchets plastiques, même si la forme et les couleurs ne seront pas exactement les mêmes.

Sur son site web, Ellipsis nous rappelle que 99 % des déchets plastiques visibles dans les océans sont intraçables (chiffre ne comprend donc pas les microplastiques). Les drones, eux, pourraient aller cartographier des zones et s’acquitter de leur tâche plus rapidement et efficacement que l’œil humain, à commencer par les littoraux. À condition, bien sûr, que le pilote soit formé dans les règles de l’art.

Par Pierre Schneidermann, publié le 26/03/2019