Avec iOS 13, Apple propose de bloquer les numéros inconnus automatiquement

Cette option, qui peut sembler radicale, entend lutter contre le fléau du démarchage téléphonique automatique aux États-Unis.

Entre son nouveau système d’exploitation pour tablette conçu pour tuer Microsoft, son nouveau PC monstrueux à 6 000 dollars (sans le pied d’écran, à 999 dollars) et le sacrifice d’iTunes sur l’autel du streaming, Apple n’a pas laissé trop de place à son écosystème mobile lors de sa conférence WWDC. Pourtant, quelques annonces méritent l’attention du 1,3 milliard d’utilisateurs d’iOS recensé en 2018.

L’abandon des iPhone 5S et 6, qui ne verront pas la couleur de la prochaine mise à jour iOS 13, ravira ceux qui s’en achetaient encore sur le marché d’occasion. L’interdiction de programmes mouchards dans les applications pour enfants, annoncée presque en catimini, intéressera les parents inquiets de la vie privée de leur progéniture et inquiétera quelques géants de la collecte de données mobiles.

Publicité

Mais l’option qui pourrait rester comme la mieux accueillie par le public américain est peut-être celle-ci : sous iOS 13, une option permettra de renvoyer automatiquement tout numéro inconnu vers sa messagerie, sans même faire sonner le téléphone.

Aux États-Unis, l’apocalypse des "robocalls"

Pour comprendre l’importance de cette mesure, que The Verge qualifie de "système de défense majeur", auprès du public américain, il faut comprendre l’importance du démarchage téléphonique outre-Atlantique. Ces dernières années, les "robocalls", ces systèmes d’appels automatiques capables de joindre des milliers de numéros simultanément pour rediriger ceux qui décrochent vers des arnaques, exaspèrent la population.

En 2018, le pays a dénombré entre 26 et 48 milliards d’appels automatiques, selon les rapports, en augmentation de 46 à 60 % sur l’année. Selon l’entreprise Hiya, qui a publié l’un des rapports, chaque Américain reçoit dix appels de démarchage automatique chaque mois, dont 25 % environ dédiés à ces arnaques.

Publicité

Avec un taux de réponse estimé entre 3 et 5 %, c’est une véritable manne pour les arnaqueurs tant le système est simple et économique à mettre en place. En 2019, la moitié de tous les appels passés sur le territoire états-unien devrait venir de ces machines. La liste rouge Do Not Call, lancée en 2003, semble bien inutile.

Aujourd’hui, la situation est si critique que la Federal Communications Commission (FCC), qui a reçu 232 000 plaintes en 2018, devrait sévir. En s’attaquant directement aux opérateurs de téléphonie, soupçonnés de laxisme. Le but : les forcer à adopter rapidement un double protocole de sécurité, appelé SHAKEN/STIR, qui vérifie et trie les appels à travers les différents réseaux pour éliminer le démarchage et lutte contre l’ID spoofing fin 2018, rapporte The Verge, qui permet aux arnaqueurs de déguiser le numéro pour prétendre à un appel local. La FCC a donc envoyé 14 lettres d’avertissement aux 14 opérateurs mobiles du pays. Avec un ordre : la situation doit changer en 2019.

Après Samsung, Google et les opérateurs…

Face à la paresse des opérateurs et à l’inefficacité des régulateurs fédéraux, le secteur privé a pris le relais, trop heureux de proposer un rempart technologique à la chimère technologique. Chaque opérateur majeur propose désormais à ses clients son appli de filtrage des appels, liste The Verge. D’autres entités tierces se sont engouffrées dans la brèche et proposent des solutions alternatives pour iOS ou Android comme Nomorobo, Hiya ou TrueCaller.

Publicité

Ces applis fonctionnent bien, mais elles nécessitent que vous les laissiez prendre partiellement le contrôle de fonctions critiques de votre appareil, ce qui n’est pas idéal en termes de vie privée et d’anonymat. Un récit de Privacy International vient justement d’accuser TrueCaller de permettre à quiconque d’identifier des journalistes, même quand ceux-ci n’utilisent pas l’appli. Enfin, les constructeurs s’y mettent : les derniers téléphones Android vendus par Samsung et Google (Samsung S et Pixel 2, notamment) sont équipés de filtres d’appels par défaut, qui fonctionnent (plus ou moins bien).

Voilà donc Apple qui rentre à son tour dans la danse avec cette prochaine version d’iOS. L’option, basée sur Siri, vérifiera si le numéro est présent dans vos contacts, dans vos e-mails ou vos messages. S’il n’y est pas, il sera directement redirigé vers votre messagerie vocale. Reste désormais à vérifier l’efficacité de ce dispositif, les spammers étant notoirement créatifs quand il s’agit de garder un coup d’avance sur les systèmes défensifs. En attendant que leurs autorités fédérales décident de vraiment s’énerver, les Américains ne peuvent hélas espérer beaucoup mieux. En France, nous avons toujours la liste Bloctel.

Par Thibault Prévost, publié le 04/06/2019

Pour vous :