Amazon se dote à son tour d’un robot de livraison roulant et autonome

Non content d’expérimenter la livraison par drone, Amazon a dévoilé Scout, un robot de livraison autonome sur six roues censé remplacer les livreurs.

Au rythme avec lequel les multinationales s’échinent à trouver des solutions de remplacement aux livreurs, l’espace public pourrait bien un jour se transformer en une sorte de zoo mécanique. Après Domino’s Pizza et Pepsi, le géant de l’e-commerce Amazon a dévoilé, le 23 janvier, son propre robot de livraison roulant autonome, rapporte The Verge. Baptisé Scout, la bête emprunte largement à la silhouette de ses concurrents, à savoir celle d’une grosse glacière portable montée sur six pneus, peinte d’une couleur fluo et conçue dans une forme vaguement-anthropomorphique-mais-pas-trop-quand-même (pensez Wall-E), histoire de ne pas effrayer les voisins.

Publicité

Peu de détails pour l’instant, mais Scout semble fonctionner sur batterie, se déplacer à peu près à la vitesse d’un piéton, être capable de rester sur le trottoir et de traverser dans les clous (on imagine que ses senseurs regardent à droite puis à gauche avant de s’y risquer), mais aussi de vous ouvrir son coffre une fois arrivé devant chez vous. Bref, rien de nouveau sous le soleil de l’automatisation, le prototype ressemble énormément à celui de la start-up Starship Technologies, dont les robots se baladent déjà sans supervision dans la région de San Francisco.

Selon The Verge, Amazon a prévu de déployer une première flotte de six robots dans un quartier de Snohomish County (État de Washington), où les robots livreront du lundi au vendredi, "tant qu’il fera jour". Ils seront accompagnés par des chaperons humains, qui vérifieront que les robots ne font pas n’importe quoi. Une fois que les véhicules auront accumulé suffisamment de données sur leur environnement, on imagine qu’ils pourront se lancer sans supervision. Entre la baisse du coût des senseurs, leur miniaturisation, et les progrès effectués en machine learning, les robots-livreurs autonomes, bien moins risqués que les voitures, pourraient rapidement s’intégrer dans le paysage urbain des années à venir. Reste maintenant à savoir comment les équiper contre le vol et la dégradation…

Par Thibault Prévost, publié le 24/01/2019

Pour vous :