Les ventes de La Peste de Camus explosent avec le coronavirus

Après l’économie et le tourisme, le virus bouleverse maintenant les choix littéraires de nombreux français.

On vous parlait il y a quelques semaines du nouvel engouement pour le film Contagion de Soderbergh, survenu depuis le début de l'épidémie de coronavirus. Eh bien cette fois-ci, c’est sur le livre d’Albert Camus, La Peste, que les lecteurs se ruent. Les ventes du roman ont explosé depuis le début de l’année comme le montre cette étude d’Edistat : 

Publicité

Les ventes sont par exemple passées de 500 exemplaires vendus sur la dernière semaine de janvier en 2019 à 1 700 cette année sur cette même période. Si l’écart est moins flagrant pour le mois de février, les ventes restent tout de même parmi les plus importantes depuis la sortie de l’œuvre en 1947. Si certains internautes sur Twitter expliquent cette hausse par le fait que le livre est au programme du bac cette année, nombreux sont ceux qui y voient un lien direct avec l’épidémie. 

D’ailleurs, le phénomène se produit aussi en Italie, troisième pays le plus touché par l’épidémie avec plus de 100 personnes décédées du virus, où toutes les écoles et universités sont fermées jusqu’au 15 mars. Le quotidien italien La Repubblica expliquait en effet dans l’un de ses articles que l’œuvre de Camus est passée de la 71e à la 3e place dans le classement des ventes sur le site Ibs.it. Le livre L’Aveuglement du Portugais José Saramago connaît le même succès, abordant lui aussi la thématique d’une épidémie foudroyante. 

Crise sanitaire et métaphore politique

Le roman de Camus raconte le fléau d’une épidémie de peste qui se répand dans la ville d’Oran dans les années 1940, obligeant les autorités à fermer toutes les portes de la ville. Un parallèle pourrait être fait entre cette fiction et la lutte actuelle exercée contre le coronavirus, mais Albert Camus ne donne aucune solution miracle pour survivre à une quelconque épidémie dans son livre, qui puisse justifier cette hausse des ventes. 

Publicité

Au contraire, cette histoire de propagation de la peste n’est qu’une métaphore politique. Camus utilise cette image pour illustrer la montée du nazisme de l’époque, souvent qualifiée de "peste brune" en référence à la couleur des chemises des militaires allemands. Il analyse à travers le regard rationnel de son personnage principal, médecin, les comportements de chacun face à la montée du danger.

En bref, non, Camus ne vous donnera pas de réponse sur le coronavirus. En revanche, on ne peut que vous conseiller de relire ce classique, ne serait-ce que pour constater (et ne pas reproduire) les attitudes absurdes que peut adopter l’humain qui se sent menacé par une crise (politique comme sanitaire). 

Par Pénélope Meyzenc, publié le 05/03/2020