Tortures, noyades, passages à tabac : cette pétition veut interdire la maison de l'enfer

L'idée est de ressentir la peur de mourir, et c'est si extrême qu'on vous paye 20 000 balles si vous tenez 10 heures.

Si vous avez regardé la très cool série "docu" de Netflix Dark Tourist, qui plonge le journaliste David Farrier dans les coins touristiques les plus glauques du monde, alors vous connaissez probablement le McKamey Manor. Si ce n'est pas le cas, vous avez bien de la chance.

Présenté faussement par plusieurs médias comme une maison hantée, il s'agit en réalité d'un enfer. D'un lieu où l'on vient pour subir les pires traitements (noyades, passage à tabac, torture psychologiques, et j'en passe), pour ressentir la peur de mourir à tout instant — même si on crie sur tous les toits que l'on ne peut pas mourir. Il y a déjà eu des arrêts cardiaques, mais aucune mort. 

Publicité

Une expérience si éprouvante que la personne capable de résister plus de 10 heures aux pires supplices partirait avec la somme de 20 000 dollars. Et si vous n'y arrivez pas, vous aurez le droit à une vidéo humiliante pour montrer votre faiblesse sur le tout Internet — Running Man de Stephen King, ça vous parle ?

Une pétition qui dénonce des agissements illégales

Forcément, cet endroit dérange. Déjà, le fait que les médias présentent cela comme une "maison hantée" prouve l'aspect glauque de la médiatisation du truc. Dark Tourist soulignait bien l'intérêt que certains peuvent y trouver, et les dangers du schmilblick. Mais ce qui devait arriver arriva.

Une pétition lancée fin octobre 2019 veut faire fermer cette attraction, et elle tient déjà plus de 78 000 signataires. Pas assez pour avoir un impact, pour l'instant. Mais la pétition souligne les limites de cette activité :

Publicité

"Un homme a été tellement torturé qu'il est tombé dans les pommes plusieurs fois, les employés ont arrêté seulement parce qu'ils pensaient l'avoir tué. [...]

Il y a des enquêtes pour divers agressions sexuelles dans le manoir. Il y en a eu également qui prouvait qu'ils recrutaient des employés avec des historiques de violences et d'agressions sexuelles. Il utilise également des aiguilles pour injecter les personnes des médicaments, ou les forcer à ingérer des choses questionnables pour qu'ils aient des hallucinations. [...]"

De la torture porn, dans la vraie vie. Ni plus ni moins. Le sort du manoir est flou pour l'instant, mais il semblerait que la pétition n'ait que peu d'impact chez le McKamey. Pour l'instant.

Publicité

Par Arthur Cios, publié le 31/10/2019

Copié

Pour vous :