(©2002/Films Christian Fechner)

Plagiat : Gad Elmaleh reconnaît s'être inspiré des stand-uppers américains

Après avoir longtemps nié, l'artiste s'est expliqué sur les accusations de plagiat dont il est la cible.

En janvier dernier, la chaîne YouTube Copy Comic mettait en ligne une vidéo de plus de treize minutes qui mettait en lumière de nombreuses similitudes entre des sketchs de Gad Elmaleh et des humoristes étrangers et même français, notamment les américains Louis C.K. et Jerry Seinfeld, souvent cités comme référence par les stand-uppers français. Quelques jours plus tard, le "justicier de l’humour anonyme" publiait une seconde vidéo, réitérant ses accusations. 

Gad Elmaleh avait d’abord répondu à ces accusations par l’humour et invoqué son célèbre personnage de Chouchou pour faire passer la pilule. Il avait ensuite durci le ton et entrepris des actions en justice pour faire supprimer les vidéos pour atteinte au droit d’auteur. C’était la première attaque en justice contre Copy Comic qui a pourtant épinglé de nombreux humoristes.

Publicité

"On s’est inspiré des Américains"

Publicité

Nouveau rebondissement dans l’affaire : mardi 24 septembre, Gad Elmaleh s’est expliqué face aux lecteurs du Parisien au siège du journal. L’humoriste est d’abord revenu sur ses premières réactions.

"Je me suis bien sûr fermé à ce moment-là, ma première réaction a été, je ne sais pas si j’ai eu raison ou non, de vouloir savoir d’où ça venait. Si tu prends une gifle dans la foule, tu ne te dis pas d’emblée 'c’est la vie', mais plutôt 'c’est qui le connard qui'…"

Puis interrogé sur les accusations de plagiat dont il est la cible depuis plusieurs années, Elmaleh avoue s’être inspiré de certains de ses confrères américains. 

Publicité

"Oui, je me suis inspiré de gars, oui, j’ai chopé ça. Voilà, au moment où le stand-up arrivait, avec ma génération, on s’est inspiré des Américains. […] Si la nouvelle génération d’humoristes est née dans le stand-up, nous, on était complètement ébahis, fascinés par ça. […] À ce moment-là, qu’est-ce qu’on fait ? On s’en inspire, oui, on prend des choses et on les met à notre sauce. Mais, on parle d’1 minute 30. […] C’est une période où moi j’étais fasciné par ces gens-là, mais 1 minute 30 de show sur vingt ou trente heures de spectacles que j’ai faits dans ma vie, ça ne résume pas ma carrière."

Regrette-t-il ? Pas vraiment. Il affirme qu’il ne reproduirait pas les mêmes erreurs aujourd’hui mais qu’il ne regrette rien si ce n’est la délation anonyme dont il a été victime. Il affirme également n’éprouver aucune rancœur envers Copy Comic.

"Moi, je veux bien reconnaître des erreurs, mais il faut me dire à qui on parle. Et puis franchement, pardonnez-moi, mais en France, la délation anonyme, ça me met un peu la nausée."

Publicité

Par Manon Marcillat, publié le 25/09/2019

Copié

Pour vous :